La Bible est plus violente que le Coran selon un logiciel d'analyse de texte

La Bible est plus violente que le Coran selon un logiciel d'analyse de texte

ÉCRITURES – Un ingénieur développeur américain a utilisé son logiciel d'analyse de textes sur l'Ancien Testament, le Nouveau, et le Coran. Selon ses résultats, la Bible est légèrement plus portée sur la destruction et le meurtre que le livre de l'islam.

"Le Coran est-il vraiment plus violent que la Bible ?" Tout est parti de cette question, que Tom Anderson, un ingénieur développeur de New-York s'est posée. En analysant la Bible complète et le Coran grâce à son logiciel comparatif, l'ingénieur en données informatiques s'est rendu compte que le livre chrétien contenait davantage d'allusions au "meurtre" et à la "destruction" que son homologue coranique.

EN SAVOIR + >> Obama en rempart contre la "rhétorique haineuse" anti-musulmans

En janvier dernier, Tom Anderson a constaté que, dans les débats, les récents épisodes terroristes étaient souvent associés à un "islam fondamentaliste", qui serait un foyer de violences exploité par les extrémistes. Selon certains, le Coran encouragerait davantage les actes brutaux comparé aux autres textes religieux. Or "pour comprendre une religion, il est tout à fait logique de commencer par examiner sa littérature", pose l'ingénieur dans son étude .

Quand l'informatique s'en mêle

Et ça tombe bien, Tom Anderson a conçu un logiciel d'analyse, OdinText , destiné à aider les chercheurs dans leur étude de documents. L'outil scanne froidement le contenu d'une œuvre et révèle des tendances dans le vocabulaire utilisé, en fonction de mots-clés choisis : le nombre de fois où le mot a été utilisé, ses synonymes, les termes liés au même champs lexical, ou encore sa proximité avec les autres vocables recherchés.


Sont donc passés sous l'œil mécanique du logiciel : l'Ancien Testament (dont les cinq premiers livres sont communs à la Torah, le livre sacré du judaïsme), le Nouveau Testament (associé à l'Ancien, il constitue la Bible chrétienne) et enfin le Coran (le livre sacré de l'islam). Pour comparer les trois livres, Tom Anderson a utilisé des repères autour des émotions humaines (et non, il ne s'agit pas d'un remake de Vice Versa) : la joie, l'attente, la colère, le dégoût, la tristesse, la surprise, la peur/l'anxiété et la confiance/croyance. OdinText a analysé 886.000 mots au total... le tout en deux minutes.

Bible en "colère", Coran plein de "joie"

Résultat de ce battle : la notion de "colère" est davantage utilisée dans la Bible (les deux Testaments) que dans le Coran, qui lui obtient un score plus élevé côté "joie" et "confiance/croyance", mais aussi pour ce qui est de la "peur/anxiété". La surprise, la tristesse et le dégoût se retrouvent à parts égales dans les deux textes, précise l'analyste. La Bible se défend toutefois grâce à "l'amour" présent à 3% dans le Nouveau Testament, à 1,9% dans l'Ancien, contre 1,26% dans le Coran.

Mais la question demeure : la Coran est-il plus violent ? Le "meurtre" et la "destruction" constituent 2,1% du livre des musulmans, contre 2,8% du Nouveau Testament et pas moins de 5,3% de l'Ancien Testament, soit plus du double par rapport au Coran. En regardant le concept "d'ennemis", c'est encore le plus vieux des textes chrétiens qui bat le record. 1,8% de son contenu en fait mention, suivi du Coran (0,7%) et du Nouveau Testament (0,5%). Dans le Coran toutefois, l'ennemi est légèrement plus souvent un concept, comme le "Diable" ou le "mal" (0,2%), que dans le Nouveau Testament (0,1%).


Le Coran évoque par ailleurs plus souvent "le pardon/la grâce" (6,3%) que les Nouveau (2,9%) et Ancien (0,7%) Testaments. Tom Anderson note toutefois que ce rapport est en partie dû à l’épithète "miséricordieux" fréquemment assorti au nom d' "Allah". "Certains pourraient exclure ce mot, considérant qu'il n'est qu'une étiquette ou un titre, mais nous pensons qu'il est signifiant, parce que la miséricorde a été préférée aux autres attributs comme 'tout-puissant'", nuance-t-il.

Pour lui, il n'est pas question de prendre parti, et il reconnaît n'avoir "fait que gratter la surface". Il conclut toutefois : "Il semble juste d'en déduire que certains préjugés communément admis sur la perception de ces textes ne sont pas forcément porteurs de vérité". Ce qui nous donne furieusement envie de dire... amen.

À LIRE AUSSI
>> Ghost : "Nos chansons ne parlent ni de Dieu, ni du Diable, mais des hommes !"
>> Juifs, musulmans, vivre-ensemble : le sondage polémique
>> Victime d'antisémitisme sur Twitter, Arthur raconte

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques