La fin du monde, c'est (encore) dans trois minutes sur l'horloge de l'apocalypse

La fin du monde, c'est (encore) dans trois minutes sur l'horloge de l'apocalypse

PRONOSTICS – Sur l'horloge de l'apocalypse, un symbole créé par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes pour représenter la menace qui pèse sur l'humanité, minuit représente la fin du monde. Depuis le 22 janvier, l'heure est arrêtée à 23h57, soit trois minutes allégoriques avant qu'une catastrophe planétaire n'éteigne notre civilisation.

L'humanité file un mauvais coton, selon les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes . Ce magazine tenu par des physiciens de l’Université de Chicago est à l'origine de l'horloge de l'apocalypse, qui symbolise le danger pesant sur la planète. Minuit représente la fin du monde, et plus l'heure s'en approche, plus les scientifiques considèrent que nous frôlons la catastrophe mondiale.

Le 22 janvier, ils ont confirmé que l'heure était à 23h57, soit trois minutes avant la fin du monde. Cette heure est inchangée depuis 2015, et s'approche dangereusement du haut de l'horloge. Il s'agit du pire score enregistré depuis 1953 et les tests de bombe atomique, date à laquelle l'horloge était à 23h58. En réalité, la course de l'horloge n'a jamais commencé à 00h01, comme la logique l'aurait voulu, mais à 23h53 en 1947, pour attirer l'attention de la population. L'heure la moins terrible pour l'humanité a sonné en 1991 (ou la fin de la guerre froide) à 23h43.

De trop petits efforts

Mais pourquoi serions-nous si proches de la fin aujourd'hui ? Si l'horloge jaugeait davantage les risques de catastrophes nucléaires à sa création, l'humanité aurait deux bêtes noires de plus à l'heure actuelle : les changements climatiques et la menace technologique. "L'accord iranien sur le nucléaire et celui de Paris sur le climat sont d'importantes avancées diplomatiques, mais elles ne constituent qu'une petite partie d'une situation mondiale plus sombre, foyer de nombreuses catastrophes potentielles", expliquent les physiciens dans leur publication .

"Trois minutes, c'est trop proche. Beaucoup trop proche", poursuivent-ils. "Cette décision n'est pas une bonne nouvelle, mais elle est l'expression de l'inquiétude provoquée par les dirigeants de ce monde, qui n'arrivent pas à unir leurs efforts et ne font rien pour réduire l'extrême danger que représentent les armes nucléaires et le changement climatique". Selon eux, ces dangers "menacent l'existence de notre civilisation".

Avant de vous jeter par la fenêtre cependant, rassurez-vous : cette horloge est, encore une fois, un symbole et il est peu probable que le monde disparaisse dans les trois (réelles) prochaines minutes. À bon entendeur.

À LIRE AUSSI
>> Pourquoi l'"horloge de l'apocalypse" s'est encore rapprochée de minuit en 2015
>> COP21 : les responsables politiques saluent l'adoption de l'accord sur le climat >> Un temple détruit par Daech reconstitué à taille réelle par imprimante 3D

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques