La question de la semaine : qu'est-ce qu'une année bissextile ?

La question de la semaine : qu'est-ce qu'une année bissextile ?

CALENDRIER – Tous les quatre ans, nous passons du 28 au 29 février. C'est comme ça, lorsque votre calendrier le dit, il faut subir un jour de plus au mois de février. Mais quelle est l'origine de cette bizarrerie du temps ? Voici l'explication simple d'un casse-tête millénaire du calendrier.

Les faits
Ah ! Le mois de février. Ses crêpes, sa neige, sa fête des amoureux et... ses années bissextiles ! Soyons honnête, des 12 mois, le deuxième de l'année n'est pas le plus excitant et vous entendrez rarement vos proches dire : "Vivement février !"

Pourtant, tous les quatre ans par une incroyable pirouette du calendrier, nous subissons un jour de plus ce mois-ci, et le 29 février apparaît comme par magie avant le 1er mars. Mais que se passe-t-il avec ce mois trop court pour être vrai et changeant une année sur quatre ?

Pourquoi
Accrochez-vous, l'histoire de février est une boucherie. Dieux romains, calculs d'astronomes, battle d'empereurs, et le pape... chacun apporte sa petite brique à l'évolution du mois maudit jusqu'à l'apparition dans le dico de cet horrible mot, l'imprononçable "bissextile". Et pour tout comprendre, dans un premier temps, direction l'espace.


La terre a un jour de retard
La durée d'une année correspond à un tour de la Terre autour du soleil. Pour effectuer ce parcours, la Terre met, non pas 365 jours, mais 365,242.199 jours (et oui, c'est précis). Qui s'en fout, direz-vous ? Et bien ces 0,242.199 jour sont la cause du casse-tête bissextile.

Comme un jour dure 24 heures, il serait insensé que le dernier jour de l'année dure six heures. Et que ferait-on des 19 heures restantes ? La solution : conserver un jour de 24 heures, en le glissant dans l'année une fois tous les quatre ans (puisque tout le monde sait que 6 heures x 4 = 24 heures). Ta-daaa : voici à quoi sert le 29 février.

Et le mec qui a inventé l'année est...
Jules César bien sûr. Pour comprendre les turpitudes de février (pourquoi lui, après tout ?), il faut d'abord savoir comment ont été fabriquées les années telles que nous les connaissons. En l'an 45 avant J-C, Jules César règne sur la République romaine. Jusqu'alors, les Romains intercalaient des mois entiers à durée variable dans leur calendrier pour synchroniser leurs dates avec le cycle des saisons.


César souhaite remettre de l'ordre dans le calendrier et fait appel à un astronome égyptien, qui s'inspire de son pays d'origine. L'année durera désormais 365 jours , et un quart qui se traduit par cette fameuse journée supplémentaire tous les quatre ans.

"Bissextile" : pourquoi ce mot ?
À l'origine pour ne pas perturber les fêtes romaines de la fin du mois, il s'agissait d'un 24 février, soit un deuxième 23 février ou encore un "deuxième sixième jour avant mars", en latin bis sextum Kalendas Martias. D'où notre magnifique adjectif "bissextile" d'aujourd'hui.

À LIRE AUSSI >> PHOTOS - 29  février : Gérard Darmon, Khaled... ces personnalités nées une année bissextile

Février, le bizut
Et pour fêter ce nouveau calendrier, Jules César et son copain astronome décident d'ajouter un jour au mois de juillet, nommé en hommage au dictateur. Ils "empruntent" donc un jour en février, le dernier mois de l'année à cette époque. Mais quelques année plus tard, Auguste, qui succéda à César, a lui aussi voulu son jour. Pas de raison.

Il appliqua donc la même technique, et pris un jour de février collé au mois d'août, baptisé en son honneur. Le pauvre mois de février s'est donc retrouvé amoindri à 28 jours, que nous connaissons encore. (Notez la cruelle ironie de l'histoire : ce 29 février 2016, nous fêterons la Saint-Auguste).

EN SAVOIR + >> Pourquoi l'année commence-t-elle le 1er janvier ?

Oups
Le problème ? C'est que les Romains comptaient 365,25 jours à l'année, et non pas 365,242.199. Au Moyen-Âge, le clergé se rend compte de l'impair, pour eux (qui n'avaient pas encore accepté que la Terre tournait autour du soleil), il y avait 365,2425 jours. Encore raté, mais déjà plus précis.

Pour bien compliquer cette cuisine de dates, il est donc décidé à l'adoption du calendrier grégorien que les années bissextiles auront lieu tous les quatre ans comme avant, sauf si l'année n'est pas divisible par 400 ou divisible par 100. Par exemple, l'année 1900 n'était pas bissextile (divisible par 100), mais l'an 2000 était bissextile, car divisible par 400. Le jour supplémentaire devient à ce moment le 29 février.

Conclusion
Pas simple, n'est-ce pas ? Pour résumer, les années bissextiles ont été inventées pour rattraper les décalages entre notre calendrier civil (inventé par l'homme) et le calendrier solaire (la véritable course de la Terre autour du soleil). Les 0,242.199 jours d’excédant sont rapportés à un jour tous les quatre ans. Et ce jour, c'est le 29 février. Malgré tous ces savant calculs, le calendrier reste approximatif comparé au parcours de la planète, et nous prenons tout de même un retard de 3 jours tous les 100.000 ans.

LA QUESTION DE LA SEMAINE DERNIÈRE >> De quoi les chiens rêvent-ils ?

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques