L'image mystère : un alpiniste a vu les traces d'un "yéti"

L'image mystère : un alpiniste a vu les traces d'un "yéti"

ÉTRANGE – Sur les sommets de l'Himalaya, un alpiniste professionnel et son guide ont pris en photo des traces curieuses qui pourraient être celles d'un yéti.

L'histoire
Steve Berry a toujours été fasciné par l'Himalaya. Grimper des sommets, découvrir la nature hostile et glacée des hauteurs de ce monde... il a voué sa vie à cette chaîne de montagnes abritant les plus hauts pics de la planète (dont l'Everest à 8000 mètres d'altitude), en créant son entreprise de guide en montagnes, Mountain Kingdoms .

En 2014, l'aventurier britannique, auteur de deux livres sur l'Himalaya , décide d'explorer les montagnes du Bhoutan, dans la partie Est de la chaîne. Il part en expédition sur le mont Gangkar Punsum, le plus haut pic inexploré du monde, avec un guide local pour poser le pied où l'homme n'est encore jamais allé, selon les autochtones.

Mystère
Arrivés à 5350 mètres d'altitude, les deux hommes s'arrêtent un instant. "Je ne peux pas dire que j'ai été immédiatement émerveillé", raconte Steve Berry à metronews. "J'ai vu des traces d'ours et de léopard des neiges de nombreuses fois. Mais je n'ai jamais rien vu de tel".


À quelques mètres d'eux, des empreintes oblongues, en ligne continue et beaucoup plus larges que celles d'un humain, sont incrustées dans la neige. Le plus curieux : elles indiqueraient que le mystérieux marcheur se tient sur deux pieds. Une tombée de neige avait eu lieu trois nuits plus tôt. Les traces sont donc fraîches de deux ou trois jours maximum.

Le temps passe, et la bête reste inconnue des grimpeurs. En 2015, Steve Berry retourne sur ce même sommet, et à environ 3 km des premières empreintes, il découvre de nouvelles traces, plus petites cette fois. L'aventurier s'offusque : "quel genre d'animal peut laisser des traces aussi serrées dans les tournants ?"


Explication(s)
Pour Steve Berry, ces traces ne peuvent pas être celles d'un ours. "Il n'aurait pas pu escalader un versant de montagne si difficile". Pour lui, les deux seules solutions : un léopard des neiges, qui laisse habituellement des traces moins contiguës, ou un yéti, cet animal mythique, mi-homme mi-bête, qui vivrait caché dans la solitude des glaciers.

Le problème ? L'existence de l'abominable homme des neiges n'a jamais été prouvée. La première observation de cette étrange créature aurait eu lieu en 1887. Dans un recueil de souvenirs, un explorateur britannique, Laurence Waddell, décrit de grandes empreintes de pieds nus dans la neige, laissées par une créature bipède dans l'Himalaya. Depuis, de nombreuses traces de pas semblables auraient été repérées , et la bête est devenue légendaire, sans jamais qu'elle ne soit identifiée ni reconnue.

"Pas un grand primate bipède"

Pour Jon Downes, directeur du centre britannique de cryptozoologie (l'étude des animaux paranormaux), la pente est si raide que seule une chèvre a pu se hisser à cette hauteur, rapporte le Daily Mail .

"Je pense que les chances pour ces empreintes soient issues de quelque chose d'intéressant sont négligeables. Et elles ne viennent certainement pas d'un grand primate bipède", tranche-t-il. Selon lui, le centre de gravité de la bête ne lui aurait pas permis de grimper sur un sommet comme celui-ci.

L'explorateur défend toutefois sa découverte. "Il est important de voir que le Bhoutan, et sa politique très stricte de préservation de la nature, compte encore de vastes zones vierges dans lesquelles des créatures inconnues de la science peuvent survivre et survivent vraiment". Il y aurait 200 espèces de mammifères différentes dans le pays, indique-t-il. "Peut-être que l'une d'elles est un yéti". Ou peut-être que l'alpiniste a voulu se faire un coup de pub...

À LIRE AUSSI
>> Science : et si les mondes parallèles existaient vraiment ?
>> Les aliens ne répondent pas... car ils sont morts
>> Les Belges ont vu plus d'ovnis en 2015 que l'année précédente

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques