VIDÉO – Il se fait enlever un bout de mollet pour connaître le goût de la viande humaine

VIDÉO – Il se fait enlever un bout de mollet pour connaître le goût de la viande humaine

BEURK – Greg Foot, journaliste pour la chaine britannique BBC, est un grand curieux. Et lorsqu’il se pose des questions, il n’hésite pas à donner de sa personne. L'une d'elles : quelle est la saveur de la chair humaine ?

Difficile de manifester une conscience professionnelle à la hauteur de Greg Foot, journaliste pour la chaîne BBC en Grande-Bretagne. Dans le cadre d’ une émission scientifique repostée sur YouTube le 19 mars, ce jeune homme de 32 ans s’est interrogé sur le goût de la chair humaine.

Et pour ne rien faire à moitié, il s’est fait extraire un morceau de muscle dans le mollet par un chirurgien pour analyser sa propre "viande". Si vous grimacez déjà, rassurez-vous. En Grande-Bretagne, manger de la chair humaine, y compris la sienne, est interdit par loi. Le journaliste a trouvé une autre combine pour se délecter de son propre muscle.

Des arômes d’agneau et de porc

"L’analyse de ma jambe a révélé que les même fibres de muscles étaient présents dans la poitrine de poulet mais aussi dans la côte de bœuf", explique Greg Foot. Muni de son échantillon, il s’est ensuite rendu dans un laboratoire pour examiner les arômes de son bout de muscle. 80% des saveurs passent par ces arômes, confirme l’expert. L’odeur de cette viande atypique devrait donc révéler son goût.

En humant son extrait d’humain, une fois cuit, le journaliste, surpris, atteste : "Ça sent plutôt bon. Ca sent vraiment la viande, beaucoup plus riche que le porc ou le poulet". Pour l’analyste, la viande d’humain s’approcherait davantage d’un mélange d’agneau et de porc. "Il faut que je goûte ça, maintenant", a conclu Greg Foot.

Un burger goût "humain"

Le voilà donc en cuisine, armé de porc et d’agneau, pour préparer un authentique burger au goût d’humain. Une fois son dîner peu ragoutant malgré les apparences prêt, le verdict est tombé : "Je vais vous dire, c’est vraiment bon". Vous saurez donc quoi faire pour goûter de l’humain sans pour autant devenir cannibale.

En France toutefois,  l’anthropophagie n’est pas interdite  par la loi, quand (bien sûr) elle ne concerne ni un acte de torture, ni une atteinte au corps d’autrui. Cette pratique est toutefois moralement condamnée pour des raisons évidentes. Même si nos confrères ultra-manchots s’y risqueraient presque, ne mangez pas votre prochain.

Regarder la vidéo (en anglais) :


À LIRE AUSSI

>> Rudy Eugène, le cannibale de Miami

>>  Un requin cannibale mange un autre requin dans un aquarium coréen
>>  Il se tire dessus sous l'eau pour la science

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques