Abdeslam enfin transféré en France : portrait d'un délinquant radicalisé

Abdeslam enfin transféré en France : portrait d'un délinquant radicalisé

PORTRAIT - Plus de cinq mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam est enfin en France. L'unique rescapé du commando qui a ensanglanté la capitale le 13 novembre a été transféré mercredi 27 avril au petit matin par le GIGN, par voie aérienne.

La France avait découvert le visage de Salah Abdeslam, yeux marrons, cheveux rasés sur les côtés et plaqués en arrière au dessus du front, sur la photo de l'appel à témoins lancé au surlendemain des attentats de Paris par la police nationale. Le Franco-marocain de 26 ans, suspect-clé des attaques de novembre, est désormais aux main des autorités françaises après son transfèrement en France, mercredi 27 avril.

Exfiltré après les attentats

Né dans la capitale belge en 1989, mais de nationalité française, Salah Abdeslam a grandi et vécu dans la commune populaire de Molenbeek, là-même où il avait été arrêté, vendredi 18 mars. Y sera-t-il resté tout au long de sa cavale ? C'est en tout cas vers la Belgique que deux de ses amis l'avaient exfiltré en voiture le 14 novembre – il "pleurait et criait comme un enfant" durant le trajet, avait ensuite assuré aux enquêteurs l'un des deux hommes.

EN SAVOIR + 
>> Salah Abdeslam est arrivé en France
>>  Nemmouche, Abdeslam... ces suspects capturés vivants
>>  L'appel qui a permis de cerner Abdeslam
>>  "Nous l'avons" : le tweet d'un ministre fait tousser le gouvernement

Salah Abdeslam est soupçonné d'avoir joué un rôle de logisticien dans les attentats du 13 novembre. Il a notamment loué les voitures utilisées par les terroristes sous son véritable nom, et aurait convoyé les kamikazes du Stade de France. Il est également soupçonné d'avoir peut-être renoncé à commettre un attentat dans le 18e arrondissement . Enfin, il est également soupçonné, pour la partie belge du dossier, d'avoir eu un rôle dans l'organisation des attentats de Bruxelles et est inculpé pour tentative d'homicide sur les forces de l'ordre.

Un petit délinquant radicalisé

A Molenbeek, il a pu bénéficier d'un réseau de complicité. Avant les attentats, il y était officiellement gérant d'un bar, Les Béguines, dont son frère Brahim, qui s'est lui fait exploser le soir du 13 novembre en terrasse du Comptoir Voltaire (11e arrondissement de Paris), était le propriétaire. Un bar qui a fermé quelques jours avant les attentats, notamment pour des raisons de consommation de drogue.

Ses proches ont présenté dans les médias ce fils d'un ancien conducteur de métro bruxellois et d'une mère au foyer d'origine marocaine comme un jeune homme coquet , menant une vie d'excès, davantage tourné vers les sorties et le cannabis que vers la religion. Salah est "le genre de jeunes qui vous aident à porter vos courses et vous les ramènent chez vous", expliquait ainsi un animateur de son quartier à Francetvinfo  quelques jours après les attentats. Le président d'un centre de jeunes le décrivait dans le même article comme quelqu'un de très timide et gentil". Ce serait en 2010, année où il a fait séjour en prison pour vol avec effraction et trafic de drogue, que Salah Abdeslam aurait débuté sa radicalisation.

À LIRE AUSSI
>> PHOTOS ET VIDEO - Les images de l'arrestation
>>  Retour sur les quatre mois de traque de Salah Abdeslam

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques