Accusé d'avoir aussi triché sur des moteurs plus puissants, Volkswagen dément

Accusé d'avoir aussi triché sur des moteurs plus puissants, Volkswagen dément

DirectLCI
SCANDALE - D’après l’agence américaine de protection de l’environnement, le constructeur automobile allemand Volkswagen a aussi installé des dispositifs destinés à tricher sur les règles anti-pollution aux Etats-Unis sur des moteurs diesels plus puissants équipant des modèles Audi et Porsche. Le constructeur allemand a démenti dans un communiqué.

Volkswagen fait face à de nouvelles accusations. Le constructeur automobile allemand aurait aussi installé des dispositifs destinés à tricher sur les règles anti-pollution aux Etats-Unis sur des moteurs diesels plus puissants équipant des modèles Audi et Porsche, a annoncé lundi l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

Jusqu'à présent, l'enquête visant Volkswagen concernait des moteurs diesels de deux litres de cylindrées équipant des voitures de moyenne gamme. Mais les dispositifs ont aussi été installés sur des moteurs de trois litres de cylindrée équipant les modèles Audi A6, A7, A8, Q5 et Porsche Cayenne ainsi que Volkswagen Touareg, a indiqué l'EPA dans un communiqué.

Des modèles produits de 2014 à 2016

Les moteurs visés ont été montés sur des modèles produits de 2014 à 2016, a-t-on précisé de même source. Selon l'EPA, ces moteurs rejetaient dans l'air "jusqu'à neuf fois plus" d'oxyde d'azote (NOX) qu'autorisé par la loi. "VW a encore manqué à ses obligations de se conformer aux lois qui protègent la qualité de l'air que respirent les Américains", a souligné Cynthia Giles, une responsable de l'EPA citée dans le communiqué. Les modèles précédemment visés étaient les VW Jetta, Jetta SportWagen, Beetle, Audi A3, Golf et Passat produits, selon les modèles, entre 2009 et 2015. "Nous avons des preuves flagrantes des violations", a-t-elle ajouté, lors d'une conférence téléphonique, ajoutant que les investigations "se poursuivaient". Les nouveaux logiciels truqueurs ont été découverts "grâce à des tests", a assuré Cynthia Giles, suggérant que l'information n'avait été pas spontanément fournie par le constructeur allemand

Dans un communiqué, le constructeur allemand a rétorqué, en démentant tout logiciel truqueur sur ses moteurs diesel 3 litres V6. Volkswagen a précisé qu'il allait "coopérer complètement avec l'EPA, afin d'expliquer totalement les faits". Le constructeur est au cŒur d'un vaste scandale après avoir reconnu avoir installé des logiciels truqueurs sur plusieurs de ses modèles diesel afin de fausser le résultat des tests de qualité de l'air aux Etats-Unis. Le groupe a avoué que 11 millions de véhicules étaient concernés dans le monde et a dû se séparer de son patron sur fond de chute de sa capitalisation boursière. Le scandale s'est également traduit pour Volkswagen par ses premières pertes trimestrielles en 15 ans.

À LIRE AUSSI >>  Scandale Volkswagen : une majorité de Français conserve une "bonne image" du diesel

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos articles sur le scandale Volkswagen

Plus d'articles