Après son voyage en Syrie, Jean Lassalle accuse ses détracteurs de "tromper et trahir le peuple français"

RIPOSTE - Invité de LCI quelques instants seulement après son retour de Syrie, le député Jean Lassalle a livré son point de vue sur Alep et attaqué ceux qui l’accusent d’être à la solde de Bachar al-Assad. Selon lui, ils trahissent les Français.

Jean Lassalle n’a pas apprécié les critiques. En déplacement en Syrie et à Alep, accompagnés des députés Thierry Mariani (LR) et Nicolas Dhuicq (LR), le candidat à la présidentielle a donné son point de vue à LCI sur la situation locale après avoir rencontré le président Bachar al-Assad dimanche. Invité de la matinale quelques instants seulement après son retour en France, il s’est expliqué sur sa démarche : "Je ne suis pas un juge à La Haye (ndlr : la cour pénale internationale), mon devoir c’est d’aller voir sur place".


"Ce que j’ai vu, c’est cataclysmique", a-t-il poursuivi. "C’est une ville qui sort des combats, la mort est partout et en même temps la vie et l’espoir (aussi). Les hommes et les femmes reviennent de toutes parts". Interrogé à propos des témoignages d’atrocités commises sur les habitants qui ne veulent plus revenir à Alep, le député des Pyrénées-Atlantiques réplique que ce n’est "pas du tout" ce qu’il a vu.

Il faudra expliquer aux Français à qui nous avons vendu des armesJean Lassalle

Accusé par certains, comme le député socialiste Sébastien Pietrasanta, de "soutenir ce régime de barbares (ndlr : celui de Bachar al-Assad)", Jean Lassalle dénonce des paroles "indignes". "On va continuer à m’assassiner et à raconter des histoires, mais pendant ce temps l’Histoire se fait là-bas", a-t-il répondu. "Nous nous contentons, sauf quelques-uns, de deviser sur les plateaux de télévision et de tromper et trahir le peuple français", s’est-il emporté.


Le député a par ailleurs souhaité que la question du rôle de la France dans la lutte contre le terrorisme s’invite dans le débat présidentiel. "Il faudra expliquer aux Français à qui nous avons vendu des armes, à qui nous continuons à en vendre et pourquoi, alors que nous savons absolument qu’ils sont derrière Daech". Jean Lassalle cite l’Arabie Saoudite et le Qatar, dont des soupçons de financement de groupes djihadistes sont relayés par des spécialistes mais contredits par le gouvernement français.

En vidéo

Face aux députés français, Bachar Al-Assad regrette l'absence diplomatique de la France

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Plus d'articles

Sur le même sujet