Après une nouvelle vidéo de Daech, Hollande assure que la France "ne cédera en rien"

Après une nouvelle vidéo de Daech, Hollande assure que la France "ne cédera en rien"

TERRORISME - Après la publication d'une nouvelle vidéo par le groupe djihadiste Etat islamique, dimanche 24 janvier, le Président a assuré que l'engagement de la France contre le terrorisme ne reculerait pas.

La France ne pliera pas face à la menace terroriste. C'est, en substance, le message qu'a adressé lundi matin François Hollande, au lendemain de la diffusion par le groupe Etat islamique d'une vidéo disant présenter les auteurs des attentats du 13 novembre et menaçant tous les pays de la coalition.

Depuis l'Inde, où il participe à une visite d'Etat, le président de la République a assuré qu'"aucune menace ne fera douter la France" dans son engagement contre le terrorisme. "Nous ne céderons en rien, ni sur les moyens de défendre notre pays, ni sur les libertés", a-t-il martelé, soulignant que "ces images ne font que disqualifier les auteurs de ces crimes". Des propos réitérés un peu plus tard, lors d'une conférence de presse : "Nous nous ne nous laisserons jamais impressionner", a-t-il déclaré devant des journalistes réunis à New Delhi, affirmant "sa détermination à frapper, à frapper encore cette organisation qui nous menace et qui tue nos enfants".

"Cette vidéo confirme que le risque est majeur"

Un peu plus tard, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a lui aussi réagi aux images diffusées par Daech, estimant qu'elles incitaient "à l'évidence" à prolonger l'état d'urgence en France. "Je crois que tout le monde comprend que le risque est important et qu'il faut protéger les Français, prendre des mesures pour les protéger, sans pour autant porter atteinte aux libertés publiques. (...) Cette vidéo confirme que le risque est majeur", a-t-il expliqué.

La vidéo publiée dimanche présente les neuf auteurs des attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre à Paris. Huit membres des commandos qui ont commis ces attaques ont été identifiés par les enquêteurs, qui n'ont jusque-là pas mis un nom sur deux kamikazes du Stade de France qui portaient sur eux des faux passeports syriens. Salah Abdeslam, dixième suspect toujours en fuite, n'est lui pas mentionné sur les images.

A LIRE AUSSI
>> Jihadi John : Daech confirme la mort de son bourreau britannique
>>
Daech aurait réduit de moitié le salaire de ses combattants
>> De plus en plus de Françaises partent faire le djihad

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques