Mali : assaillants, victimes, ecolodge... Ce que l’on sait de l’attaque terroriste survenue à Bamako

Mali : assaillants, victimes, ecolodge... Ce que l’on sait de l’attaque terroriste survenue à Bamako

MALI - Une attaque djihadiste contre un lieu de villégiature proche de Bamako et fréquenté par des touristes a fait deux morts, dont une Franco-Gabonaise. Cinq des assaillants ont été abattus.

Des djihadistes ont attaqué dimanche un site touristique de la banlieue de Bamako, largement fréquenté par les étrangers. Deux personnes ont trouvé la mort, alors qu’une trentaine d’otages ont pu être libérés. Cinq assaillants ont été tué par les unités d’intervention maliennes.

Qui sont les assaillants ?

"C’est une attaque djihadiste", a rapidement déclaré le ministre malien de la Sécurité, Salif Traoré. Des personnes évacuées ont affirmé que les assaillants avaient crié "Allah akbar" ("Dieu est le plus grand", en arabe). Selon un témoin, un homme à moto aurait commencé à tirer sur la foule, avant que "deux ou trois personnes" venus avec un autre véhicule ne le rejoignent. 


Les forces spéciales maliennes sont intervenues pour libérer les otages et ont abattu quatre des auteurs de l’attaque. "Nous avons récupéré les corps de deux assaillants", a indiqué le ministre, précisant que les troupes ratissaient la zone pour retrouver les corps restants. Il n’a en revanche apporté aucune précision à propos d’assaillants en fuite.

En vidéo

Mali : attaque contre un lieu de villégiature à Bamako

Que sait-on des victimes ?

Deux personnes sont décédées. Une cliente franco-gabonaise est morte après avoir été transférée à l’hôpital. Son identité n’a pas été révélée. La seconde victime est toujours en cours d’identification. Une trentaine d'otages retenus par les assaillants ont pu être libérés par l’intervention des forces spéciales. "Nous avons pu extraire ou exfiltrer près de 36 clients ou travailleurs du campement", a précisé Salif Traoré, dont une quinzaine de Français et environ autant de Maliens.

Où s’est déroulée l’attaque ?

La cible était le campement Kangaba, "ecolodge" luxueux situé à la périphérie de Bamako et lieu de détente de nombreux expatriés. L’établissement, fondé par un Français rapporte l’AFP, rappelle le profil d’autres sites visés par les groupes djihadistes du Sahel. En janvier 2016, l’attaque par Aqmi de l’hôtel de luxe le Splendid et du restaurant Cappuccino, deux lieux fréquentés par les expatriés à Ouagadougou (Burkina Faso), avait fait 11 victimes, dont deux Français. En mars 2016, près d’Abidjan (Côte d’Ivoire), les hôtels et la plage de la station balnéaire de Grand-Bassam, où se rendaient de nombreux occidentaux, avaient aussi été la cible des djihadistes d'Aqmi. 19 personnes étaient mortes, dont quatre Français.

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques