Attentats de Paris : comment la France intervient-elle précisément en Syrie ?

Attentats de Paris : comment la France intervient-elle précisément en Syrie ?

DirectLCI
CONFLIT - La France a mené dimanche des raids sans précédent au dessus de Raqqa, le bastion de Daech. Quel est le rôle précis de l'armée dans la région. Eléments de réponse.

 Depuis quand la France intervient-elle en Syrie ?
La France participe depuis plus de deux ans (septembre 2014) à la coalition anti-EI en Irak mais elle n'a commencé à mener des frappes sur la Syrie que depuis octobre dernier. Les chasseurs-bombardiers français ont mené depuis le 19 septembre 2014, dans le cadre de l'opération "Chammal" d'appui à l'armée régulière irakienne, 1.285 missions aériennes, qui ont donné lieu à 271 frappes et permis, d'après l'état-major français, la destruction de 459 objectifs. Pour l'instant seules deux frappes aériennes ont été effectuées contre des positions de l'EI en Syrie, visant des centres d'entraînement.

A LIRE AUSSI >>  Tout savoir sur Daech : zoom sur Raqqa, la capitale de l'Etat islamique

 Quels sont les moyens engagés ?
Six Rafale sont présents aux Emirats arabes unis et six Mirage sont basés en Jordanie. Un chiffre qui s’apprête à être revu à la hausse : la France va à nouveau déployer courant décembre dans le Golfe persique son porte-avions Charles-de-Gaulle. Avec, à son bord, 24 avions de chasse - dix-huit Rafale et six Super-Etendard. En outre, le porte-avions avait été déployé pendant deux mois, du 23 février à la mi-avril, dans les opérations de la coalition internationale contre l'EI en Irak. Bilan : 40 millions d’euros pour quatre semaines.

 Une intervention au sol est-elle envisageable ?
Après la vague d’attentats qui a frappé vendredi la capitale, la France réfute encore et toujours une intervention au sol. Pour l'heure, selon Le Parisien , seul l'envoi de forces spéciales pour mener des opérations coup de poing et encadrer les peshmergas kurdes dans le nord de l'Irak est étudié. Selon Frédéric Ancel, contacté par Metronews , "on ne peut pas détruire Daech sans l’envoi de troupes au sol. Depuis la guerre du Vietnam, on sait qu’une armée aérienne est indispensable, mais certainement pas suffisante. En même temps, intervenir au sol est aujourd'hui inconcevable : les Américains ont décidé de ne pas y aller, notamment en raison du traumatisme irakien. Et en outre, cela signifierait revenir des dizaines de cercueils de soldats."

A LIRE AUSSI >>  Intervention française en Syrie : "Hollande cherche à rester cohérent"

 Est-ce légal ?
La France a justifié ses frappes en Syrie par l'article 51 de la Charte des Nations unies, qui reconnaît "un droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective" en cas "d'agression armée".  Mais pour de nombreux experts, cette justification n'est pas valable, car l'article 51 traite d'agression caractérisée entre États.

Plus d'articles

Sur le même sujet