Attentats de Paris : les terroristes voulaient-ils frapper les centrales nucléaires belges ?

Attentats de Paris : les terroristes voulaient-ils frapper les centrales nucléaires belges ?

TERRORISME – Les policiers belges enquêtant sur les attentats du 13 novembre à Paris ont mis la main sur une vidéo inquiétante au cours d'une perquisition : la surveillance clandestine d'un des directeurs du nucléaire belge.

Les terroristes des attentats de Paris visaient-ils les centrales nucléaires belges ? C'est la question qui se pose après la révélation par La Dernière Heure de l'existence d'une vidéo troublante découverte au cours d'une perquisition menée en Belgique dans le cadre des attaques du 13 novembre. Le quotidien explique qu'au mois de décembre, les enquêteurs belges ont mis la main sur "une preuve matérielle qui tend à prouver l'ambition ultime de la cellule terroriste de Paris" : "une attaque nucléaire sur le continent européen".

Le patron du nucléaire belge épié

Cette vidéo de plus de dix heures aurait été découverte au domicile de la conjointe de Mohamed Bakkali, un des onze suspects inculpés dans le dossier des attentats de Paris. Les allées et venues d'un homme, qui ne serait autre que le directeur du programme de recherche et de développement nucléaire belge, y sont enregistrées, assure la DH. Ces images de surveillance clandestines ont été captées par une caméra cachée dans un bosquet braquée sur l'entrée du domicile (en Flandre) de ce patron du nucléaire. Les enregistrements auraient ensuite été récupérés par "deux suspects dans un véhicule tous feux éteints", selon les caméras de la ville. Si ces deux hommes n'ont pu être formellement identifiés, ils étaient en lien avec la cellule terroriste de Paris, affirme le journal.

Les images saisies au cours de cette perquisition ne seraient pas datées et pourraient donc avoir été enregistrées avant comme après les attentats du 13 novembre. Joint par metronews, le parquet fédéral confirme l'existence de cette vidéo. "La personne filmée est bien liée au nucléaire mais nous ne confirmons pas sa fonction", nuance-t-il parlant de conclusions hâtives. "À ce stade de l'enquête, nous ne pouvons en déduire l'intention des personnes qui ont tourné ces images, ni une quelconque menace d'attentats contre les centrales nucléaires".

EN SAVOIR + >>

>> Notre dossier spécial sur les attentats du 13 novembre 
>>  Les kamikazes étaient en contact avec la Belgique le soir des attentats 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques