Attentats du 13 novembre : le patron de la CIA étrille les renseignements français

Attentats du 13 novembre : le patron de la CIA étrille les renseignements français

CRITIQUES - Dans une interview à la chaîne américaine CBS News, le directeur de la CIA, John Brennan, a critiqué sévèrement la réaction des renseignements français face à la menace qui a conduit aux attentats de novembre à Paris. Pour le patron de l'agence de renseignement, tous les voyants étaient "au rouge".

Des renseignements français "en échec" face aux terroristes du 13 novembre. Pour le patron de la CIA, l'agence de renseignement américaine, la France n'est pas parvenue à empêcher les terroristes d'agir sur son territoire alors que "tous les voyants étaient au rouge".

Dans l'émission "60 minutes", sur CBS News , John Brennan a émis des critiques ouvertes à l'égard de l'antiterrorisme français. "Paris a été un échec pour les services de renseignement", a-t-il estimé. "Tous les terroristes, sauf un, étaient des citoyens français, entraînés par Daech en Syrie. Ils ont réussi à revenir sans être détectés et ont attaqué à six endroits, tuant 130 personnes."

Les nouveaux moyens de communication à l'appui des terroristes

Pour le patron de la CIA, les signes précurseurs ne manquaient pourtant pas. "Nous savions que les voyants étaient au rouge", a-t-il affirmé. "Nous étions au courant, quelques jours auparavant, que Daesh préparait quelque chose." Comment les auteurs des attaques ont-ils pu échapper aux services de renseignements ? Ils ont "réussi à prendre l'avantage grâce aux nouveaux moyens de communication", affirme le directeur de l'agence américaine.

John Brennan a également averti ses propres concitoyens. Selon lui, une tentative d'attentat du groupe Etat islamique sur le sol américain est "inévitable". Il faut s'attendre, explique-t-il, à ce que l'organisation terroriste "envoie des combattants et du matériel". Il reste malgré tout optimiste : il est, selon lui, toujours possible d'empêcher que cette attaque se produise. Pour cela, les renseignements devront travailler "plus dur".

À LIRE AUSSI
>> Attentats du 13 novembre : deux autres terroristes devaient participer aux attaques

>> Attentats : devant les députés, les victimes évoquent les ratés de la prise en charge

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques