Attentats du 13 novembre : que sait-on de Gelel Attar, arrêté au Maroc ?

Attentats du 13 novembre : que sait-on de Gelel Attar, arrêté au Maroc ?

ENQUÊTE - Les autorités de Rabat ont annoncé aujourd'hui dans un communiqué l'arrestation au Maroc d'un Belge d'origine marocaine directement lié aux auteurs des attentats du 13 novembre dernier à Paris et Saint-Denis. Que sait-on de son parcours ? Eléments de réponse.

L'enquête sur les attentats de Paris progresse, cette fois-ci côté marocain. Les autorités de Rabat ont annoncé lundi dans un communiqué l'arrestation au Maroc d'un Belge d'origine marocaine directement lié aux auteurs des attaques du 13 novembre.

L’homme a été identifié comme étant Gelel Attar, âgé de 26 ans, a indiqué le parquet fédéral d'après le média belge Le Soir , confirmant une information relayée par plusieurs médias dont BFMTV . Il a été arrêté vendredi dans la ville d'al-Mohammadiya, près de Casablanca. Il sera présenté devant la justice dès la fin de l'enquête, selon le communiqué.

Selon nos informations, Gelel Attar alias "Abou Ibrahim" est né le 14 avril 1989 à Castel San Giovanni (Italie). De nationalité belge, il été radié d'office depuis le 19 juin 2013 d'une rue de Molenbeek (Belgique) où il résidait. Un mandat d'arrêt international avait été décerné à son encontre en date du 27 novembre 2014.

Entrainement au maniement des armes

Selon les investigations, ce Belge s'est rendu en Syrie avec Chakib Akrouh l'un des kamikazes qui s'est fait exploser près du Stade de France et récemment identifié. Partis de Zaventem en Belgique, ils sont partis en Turquie après avoir pris un billet pour Istanbul. Ils ont regagné la Syrie en janvier 2013. Sur place, Gelel Attar a rejoint dans un premier temps le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, avant d'être enrôlé par l'EI, a ajouté le ministère.

EN SAVOIR +
>> Attentats de Paris : le troisième kamikaze de Saint-Denis identifié

Durant son séjour en Syrie, Attar s'est entraîné au maniement des armes et a établi des liens avec des commandants de l'EI, dont "le cerveau des attaques terroristes dans la capitale" française, selon le texte - Abdelhamid Abaaoud. D'après l'enquête marocaine, le Belge a quitté ensuite la Syrie pour la Turquie puis s'est rendu en Allemagne et en Belgique avant d'arriver au Maroc via les Pays-Bas. Selon les informations d'un site d'information marocain, le 360 , Gelel Attar était "très lié" à Abdelhamid Abaaoud et à d'autres terroristes.

Condamné à 5 ans de prison

Le 29 juillet dernier, Gelel Attar a été condamné (par défaut) par la justice belge à 5 ans de prison et à une amende de 3000 euros pour avoir, entre le 1er janvier 2012 et le 5 janvier 2013, "participé, en qualité de dirigeant, à une activité d'un groupe terroriste, y compris par la fourniture d'informations ou de moyens matériels au groupe terroriste ou par toute forme de financement d'une activité d'un groupe terroriste, en ayant connaissance que cette participation contribue à commettre un crime ou un délit du groupe terroriste". Chakib Akrouh et Abdelhamid Abaaoud avaient eux aussi été condamnés au cours de ce procès respectivement à des peines de 5 ans d'emprisonnement et 1 500 euros d'amende pour l'un et de 20 ans de prison et 5 000 euros d'amende pour l'autre.

A LIRE AUSSI
>> 
Attentats du 13 novembre : les premières images de la cavale de Salah Abdeslam
>> Abaaoud est revenu sur les scènes de crime juste après les attentats
>> L'identité des terroristes présumés
>> Notre dossier complet sur les attentats du 13 novembre

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques