Aux Etats-Unis, les soutiens inattendus d'acteurs pornos aux républicains

Aux Etats-Unis, les soutiens inattendus d'acteurs pornos aux républicains

SEXE ET POLITIQUE - Donald Trump, Ted Cruz, Mitt Romney... Les figures emblématiques du parti républicain ont reçu les soutiens affichés d'acteurs du cinéma X. Un embarras pour le parti réputé conservateur, qui remet en cause le puritanisme américain qu'il défend.

C'est un clip de campagne plutôt gênant pour le candidat républicain à la Maison-Blanche. L'équipe de campagne de l'ultra-conservateur Ted Cruz, a dû rapidement retirer une vidéo diffusée jeudi et attaquant ses concurrents à l'investiture républicaine après s'être rendue compte qu'une des actrices avait joué dans des films érotiques.

L'actrice Amy Lindsay, blonde élégante incarnant dans la vidéo une électrice du champion de la droite ultra-religieuse américaine, est une actrice porno ayant joué dans des fictions aux titres suggestifs tels que "Private Sex Club", relève le Daily Caller . Contactée par le média américain, l'équipe de campagne a affirmé que la société du casting n'avait pas vérifié sa filmographie et que, "si l'équipe de campagne avait connu sa filmographie complète, [elle ne l'aurait] évidemment pas laissée figurer dans le spot".

Quand les acteurs pornos votent républicain

L'actrice s'est dite "déçue" sur Twitter de voir la vidéo retirée, ponctuant son tweet du hashtag #monvotecompte. Amy Lindsay est en effet un soutien du parti républicain : "Je suis une actrice de charme, je vote conservateur et républicain... Même pour tout l'argent du monde, je ne jouerais pas dans une pub pour Hillary Clinton", la candidate démocrate, a-t-elle déclaré au Washington Post .

D'autres acteurs pornos ont soutenu des candidats républicains. Dick Chibbles, qui a tourné une parodie X mettant en scène Donald Trump, a confié au Daily Beast idolâtrer l'homme politique qu'il rêve de rencontrer, et s'est dit "honoré" de l'incarner à l'écran. Ex-actrice de films porno, Jenna Jamesson a apporté son soutien en 2012 à Mitt Romney lors d'une conférence de presse donné dans un club de strip-strease. "Quand tu es riche, tu veux un républicain à la présidence", avait-elle plaidé .

Le puritanisme américain remis en cause

Manifestement embarrassée, l'équipe de campagne de Ted Cruz a retiré la vidéo pour ne pas associer l'image du conservateur à une figure des milieux pornographiques, a fait valoir son équipe de campagne. Le fameux puritanisme du parti républicain en prend tout de même un coup. Dans Le Monde en 2011, l'écrivain Pascal Bruckner, essayiste sur les relations amoureuses, démontait la théorie du puritanisme américain à l'aune de l'affaire DSK : "L'Amérique du Nord, à l'évidence, a un problème avec le sexe (...). La qualifier de puritaine ne suffit pas car c'est un puritanisme retors, d'après la révolution des mœurs, qui parle le langage de la liberté amoureuse et coexiste avec une industrie pornographique florissante. C'est très exactement un puritanisme lubrique." Faut-il rappeler que les Etats-Unis, pays puritain par excellence, sont aussi le berceau de la pornographie de masse ?

Mais que les républicains se rassurent : malgré ces soutiens inattendus d'acteurs pornos, ils restent exceptionnels. Une large majorité du milieu X est pro démocrate. Selon un sondage réalisé avant la présidentielle de 2012, 67 % des acteurs porno interrogés ont déclaré vouloir voter pour Barack Obama, contre 13 % pour Mitt Romney, le candidat républicain. Et plusieurs figures conservatrices comme Sarah Palin ou Donald Trump ont fait l'objet de parodies X, loin de les mettre en valeur.

EN SAVOIR +
>>
Le port obligatoire du préservatif va-t-il tuer le porno en Californie ?  
>>
La Californie muscle sa loi pour lutter contre le "revenge porn"

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques