Belgique : les deux coordinateurs des attentats à Paris ont-ils été identifiés ?

Belgique : les deux coordinateurs des attentats à Paris ont-ils été identifiés ?

TERRORISME - Selon le quotidien La Libre Belgique, la police serait parvenu à identifier les deux hommes derrière les attentats du 13 novembre. Ils sont recherchés depuis le 4 décembre.

En temps réel, ils auraient piloté les attentats du 13 novembre. Selon le quotidien La Libre Belgique , les enquêteurs seraient parvenu à identifier les véritables cerveaux des attaques : Samir Bouzir et Soufiane Kayal. Ce sont en tout cas les patronymes figurant sur les fausses cartes d’identité belges de ces deux individus, recherchés depuis le 4 décembre dernier.

Depuis les environs de Bruxelles, les deux hommes ont en effet échangé plusieurs SMS et des coups de téléphone avec les terroristes le soir du 13 novembre. Et ce, au moment où ils perpétraient les attentats contre plusieurs terrasses et le Stade de France. Mais aussi le Bataclan : c’est à l'un de ces deux hommes que le SMS donnant le top départ de la prise d’otages, "On est parti, on commence", aurait été envoyé à 21h42. Selon Le Monde , le contact belge qui a reçu ce message aurait activé sa ligne la veille, à 22h24, avant de la couper peu après le début de la tuerie. En l’espace de 24 heures, 25 textos seront échangés.

A LIRE AUSSI >>  Attentats du 13 novembre : selon les expertises, les terroristes n’étaient pas drogués

Les deux hommes aperçus avec Salah Abdeslam

Plus troublant encore, Abdelhamid Abaaoud a, lui aussi, été en contact durant la soirée avec un contact en Belgique. Or celui-ci a été géolocalisé au même endroit que l’individu ayant reçu le texto du Bataclan. En clair : ceux qui se faisaient appeler Samir Bouzir et Soufiane Kayal étaient ensemble le soir des faits.

Que sait-on des deux hommes ? Très peu de choses pour le moment, si ce n’est qu’ils seraient un peu plus âgés que les terroristes ayant agi sur le sol français. Selon la police belge, ils auraient été contrôlés, à bord d’un véhicule le 9 septembre à la frontière austro-hongroise en compagnie de Salah Abdeslam. Ils auraient alors indiqué à la douane qu’ils étaient en provenance de Hongrie.

Enfin, les enquêteurs ont découvert qu'ils avaient procédé à un transfert d'argent le 17 novembre, dans une agence de la Western Union en région bruxelloise. Une somme de 750 euros, récupérée par Hasna Ait Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, tous les deux tués lors de l'assaut de Saint-Denis.

A LIRE AUSSI >>  Attentats de Paris : la fuite rocambolesque d’Abdelhamid Abaaoud

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques