"Bienvenue dans l'Etat islamique" : la vidéo choc de l'administration Obama

"Bienvenue dans l'Etat islamique" : la vidéo choc de l'administration Obama

ETATS-UNIS - Dans une vidéo sarcastique postée sur YouTube, l'administration Obama tente de dissuader les jeunes américains qui pourraient être tentés par le djihad en Irak.

Pour lutter contre l a propagande en ligne de l'Etat islamique, l'administration Obama a décidé de passer à l'offensive. Dans une vidéo diffusée sur YouTube, intitulée "Welcome to ISIL-Land" ("Bienvenue dans l'Etat islamique"(, Washington tourne en dérision les images chocs régulièrement utilisées par le groupe islamiste.

"Pas besoin de billet retour"

Le message, qui s'inscrit dans la campagne lancée en décembre "Think Again, Turn Away (Réfléchis-y, détourne-toi)", s'adresse directement aux jeunes Américains qui seraient tentés par le djihad en Irak et en Syrie. "Vous apprendrez des astuces utiles pour l'Oumma (communauté musulmane, ndlr) : faire sauter des mosquées, crucifier et exécuter des musulmans", peut-on lire sous des photos d'attentats, de décapitation ou de crucifixion. "Le voyage ne vous coûtera pas cher car vous n'aurez pas besoin de billet retour !", conclut avec sarcasme le département d'Etat en montrant un cadavre jeté dans un trou.

Avec cette vidéo, les Etats-Unis tentent d'occuper le terrain numérique, parfaitement maîtrisé par les groupes islamistes pour recruter et enrôler les futures recrues, souvent très jeunes. L’organisation de l’Etat islamique a notamment fait des réseaux sociaux une véritable arme de propagande.  Barack Obama présentera mercredi soir au Conseil de sécurité son plan d'action pour lutter contre les filières terroristes et l'enrôlement de jeunes citoyens dans ces organisations extrémistes. Si la résolution évoque de manière générique tous les "combattants terroristes étrangers", elle vise en priorité les milliers de djihadistes arabes et européens opérant en Syrie et Irak dans les rangs de l'Etat islamique (EI) ou du Front al-Nosra.

Attention, certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes...

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques