Ces chiffres qui donnent le vertige : la bulle du pétrole de schiste va-t-elle exploser ?

Ces chiffres qui donnent le vertige : la bulle du pétrole de schiste va-t-elle exploser ?

ECONOMIE - A l'heure des échanges mondialisés, de la finance dérégulée et des profondes mutations engendrées par la révolution numérique, les phénomènes économiques et leurs conséquences échappent bien souvent à notre compréhension. A partir d'un chiffre marquant, "metronews" vous propose chaque semaine de décrypter l'actualité économique. Aujourd'hui, la crise du schiste aux Etats-Unis.

Le propre d'une bulle, c'est de ne pas connaître son ampleur avant qu'elle explose. C'est le cas en ce qui concerne le montant de la dette cumulée de l'industrie pétrolière américaine, qui s'est lancée depuis une dizaine d'années dans l’exploitation tous azimuts du pétrole de schiste. Un secteur aujourd'hui en crise.

Le chiffre qui fait peur : 123 milliards de dollars
L'ampleur des emprunts contractés par les compagnies pour multiplier les forages semble à la hauteur de la révolution énergétique qui a permis aux Etats-Unis d’augmenter sa production de 60% en dix ans, devenant l'an dernier le premier producteur de pétrole mondial. Bien que difficile à évaluer, ce chiffre apparaît faramineux. Ainsi, la banque des règlements internationaux ( BRI ) estime pour 2014 à plus de 1000 milliards de dollars le total des emprunts et autres titres de créances contractés par les compagnies pétrolières et gazières américaines. Une estimation de l’encours des prêts consentis par les plus grandes banques du pays au secteur, réalisé par trois sociétés de la Finance citées par Bloomberg fin février, évoque le montant de 123 milliards de dollars.

A LIRE AUSSI >> Les Etats-Unis, pays climatosceptique par excellence

Gros investissements, rentabilité nulle
Or, pour de nombreux acteurs du secteur, confrontés à la chute du prix du pétrole, l'eldorado prend aujourd'hui des allures de cauchemar. Encore compétitives autour de 50 dollars/baril, les firmes exploitant le pétrole de schiste sont passées sous ce seuil de rentabilité depuis plusieurs mois alors que le prix du baril peine à remonter à 40 dollars. Dans ce contexte, les risques de faillites se multiplient. Trois acteurs majeurs du secteur, Energy XXI Ltd., SandRidge Energy Inc. et Venoco sont actuellement sur la sellette, souligne Bloomberg ce mardi. Ces compagnies, qui cumulent à elles trois un peu moins de 8 milliards de dollars de dette, n'ont pas payé leurs intérêts d'emprunt le mois dernier. Total de la facture : 44 millions de dollars.

Le spectre d'une contamination en Europe ?
Outre-Atlantique, donc, l’inquiétude monte sur les pertes que risquent d’essuyer les banques si le miracle du schiste continue de se transformer en mirage. D'ores et déjà, des acteurs majeurs de la finance ont augmenté leurs prévisions pour pertes dans la perspective d'éventuels défauts de paiement. Bien difficile cependant aujourd'hui de mesurer l'ampleur du problème et son impact sur le reste de l'économie, à l'instar de ce qui s'est produit lors de la crise des subprimes, ni, à ce titre, l’exposition au risque des banques européennes et notamment françaises.

A LIRE AUSSI >> Gaz de schiste : où en est la France ?

Et aussi

Les tags

    À suivre

    Rubriques