Les Sud-Coréens veulent que leur présidente "dégage", suspectée d'être sous l'influence d'une "Raspoutine"

COLÈRE - Les Sud-Coréens ont envahi les rues pour demander la démission de leur présidente. Celle-ci est engluée dans un scandale révélant que sa conseillère est la fille d'un gourou, profitant de son influence pour détourner de l'argent.

En Corée du Sud, la présidente Park Geun-Hye, en poste depuis février 2013, est empêtré dans un scandale à la fois politique, financier et judiciaire. Tout est parti de la révélation de l'identité d'une proche confidente, Choi Soon-Sil, véritable "Raspoutine" version sud-coréenne, comme la surnomment les médias locaux.


Choi Soon-Sil, 60 ans, est une amie de la présidente, mais n'occupe aucune fonction officielle. Sauf que celle qui chuchote à l'oreille de la cheffe de l'exécutif est en réalité la fille d'une mystérieuse figure religieuse, Choi-Tae-Min, chef autoproclamé d'une secte religieuse, l'Eglise de la vie éternelle, qui s'est marié six fois. Mais cette Raspoutine est surtout accusée d'avoir profité de son influence pour extorquer de l'argent aux principaux conglomérats du pays, comme Samsung, qu'elle aurait poussés à verser d'importantes sommes à des fondations qu'elle avait créées.

La fille du gourou réécrivait les discours de la présidente

Le scandale a éclaté cette semaine en Corée du Sud. Pas un jour sans que la presse ne vienne alimenter les accusations contre Mme Choi. Car l'affaire n'est pas qu'une simple affaire d'extorsion de fonds pour un enrichissement personnel. Selon les médias coréens, Choi Soon-Sil se permettait de corriger les discours présidentiels ou de prodiguer des conseils sur les nominations et les questions de politique. La démission du chef de cabinet, dimanche, alimente toutes les rumeurs.


Choi-Tae-Min, le gourou, était devenu le mentor de la présidente Park Geun-Hye après l'assassinat en 1974 de sa mère, affirmant qu'il avait vu cette dernière en rêve lui demandant d'aider sa fille. Le leader de la secte est décédé en 1994, et c'est sa fille qui aurait repris la main, et donc la mainmise sur la présidente.

Les Coréens veulent la démission de la présidente

La justice sud-coréenne s'est emparée de l'histoire. "Raspoutine", qui était réfugiée en Allemagne depuis début septembre, est rentrée ce dimanche à Séoul. Elle va devoir faire face à des accusations de corruption et trafic d'influence.


Park Geun-Hye n'est pas franchement dans une meilleure position. Les enquêteurs sud-coréens ont parallèlement perquisitionné samedi les domiciles et bureaux des conseillers de haut rang de la présidente, dont le mandat s'achève dans un an. Ces révélations du "Choi gate" ont choqué la population. Samedi, d'importantes manifestations se sont tenues dans les grandes villes du pays, demandant la démission de la présidente aux cris des "Park Geun-Hye, dégage !".

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques