Crash dans le Sinaï : le groupe qui a revendiqué l'attaque décapité

Crash dans le Sinaï : le groupe qui a revendiqué l'attaque décapité

DirectLCI
PROFIL - La branche égyptienne du groupe Etat islamique a affirmé à plusieurs reprises avoir détruit l'Airbus A321 qui transportait 224 personnes, samedi, au-dessus du Sinaï égyptien, en représailles aux bombardements russes en Syrie. Ce lundi, la police a assuré avoir tué un de ses chefs.

Il était présenté comme "un des plus dangereux terroristes" de Wilayat Sinaï, la branche égyptienne de l'EI. La police a tué au Caire l'un des principaux cadres de la branche égyptienne de l'organisation djihadiste Etat islamique, qui a assuré être responsable du crash de l'avion russe il y a neuf jours, a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur. Ashraf Ali Ali Hassanein al-Gharabli, impliqué notamment dans la décapitation d'un Croate travaillant pour une compagnie française en août, a été tué lors d'un échange de tirs alors que la police tentait de l'arrêter au Caire, assure le ministère dans un communiqué sans préciser quand.

Le groupe s'appelait Ansar Beït Al-Maqdis 

Quelques heures après le crash d'un avion russe en Égypte samedi 31 octobre, le groupe terroriste Wilayat Sinaï (Province du Sinaï) a affirmé être à l'origine de l'attaque. Ce groupe est né il y a environ quatre ans dans le désert du Sinaï, dans l'est de l'Égypte. Auparavant, l'organisation s'appelait Ansar Beït Al-Maqdis (les partisans de Jérusalem), et proclamait son appartenance à Al-Qaïda. Elle a décidé de changer de nom pour marquer sa nouvelle allégeance à l'Etat islamique en novembre 2014, quelques mois après la proclamation du califat. Fait rare, l’EI a officiellement adoubé le groupe, le considérant comme l’une de ses "provinces", d’où son nom.

Le bastion de Wilayat Sinaï se situe dans le Nord-Sinaï, une vaste péninsule semi-désertique d'environ 60.000 km2 (l'équivalent d'1/10e du territoire français). Une région située entre le canal de Suez à l'ouest, Israël et la bande de Gaza à l'est, la mer Rouge au sud et la Méditerranée au nord. Une source proche de l’enquête du crash de l’avion russe indique à metronews que l’organisation terroriste se cache dans une petite zone rocheuse, où il est très difficile d’y accéder, d’où la difficulté pour l’armée locale de les combattre, mais aussi de vérifier pour l’instant son implication dans le drame qui a coûté la vie à 224 personnes samedi.

Wilayat Sinaï responsable du crash ?

Après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi à l’été 2013, le groupe a concentré ses efforts sur les attentats visant les forces de sécurité (armée et police) égyptiennes. Les offensives contre l’armée égyptienne sont alors allées crescendo . Le groupe a également décapité des otages à plusieurs reprises. Cet été, Wilayat Sinaï a encore intensifié ses actions : attaque simultanée contre une quinzaine de positions militaires égyptiennes, attaques à la roquette contre un navire de l’armée en Méditerranée ou encore attaque contre le consulat italien au Caire.

Le crash de l’Airbus A321 de Metrojet pourrait être la dernière action en date du groupe, mais l’Egypte souhaite, pour l’heure, ne pas avancer la thèse terroriste. Pourtant, un haut responsable américain, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a jugé jeudi  "hautement probable" l'hypothèse d'une bombe à bord de l'avion , qui s'est écrasé peu après son décollage de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh. Il s'inscrit ainsi sur la même ligne que les responsables du renseignement américain qui valideraient la thèse de l'attentat à la bombe.

À LIRE AUSSI 
>>  Daech revendique l'attaque
>> "Pas de signe pour l’instant" d'un acte terroriste
>>  L'explosion en vol se confirme
>>  Accident ou attentat ? Le drame en quatre questions

Plus d'articles

Sur le même sujet