Crash en Egypte : accident ou attentat ? Le drame en quatre questions

Crash en Egypte : accident ou attentat ? Le drame en quatre questions

DirectLCI
CATASTROPHE AÉRIENNE - Un Airbus A321 de la compagnie russe Kogalymavia reliant la station balnéaire de Charm el-Cheikh à Saint-Petersbourg s'est écrasé samedi dans le Sinaï égyptien. Aucune des 224 personnes qui se trouvaient à bord n'a survécu au crash.

Un Airbus A-321 d'une compagnie de charter russe reliant la station balnéaire de Charm el-Cheikh à Saint-Pétersbourg samedi dans le désert du Sinaï égyptien s'est écrasé avec 224 personnes à bord, dont 17 enfants. Il n'y a aucun survivant, ont annoncé les autorités russes et égyptiennes à la mi-journée. Les raisons du crash du vol 9268 de la compagnie aérienne Kogalymavia – aussi appelée Metrojet – sont encore inconnues. Le point sur ce que l'on sait.

Que s'est-il passé ?
L'appareil avait décollé de Charm el-Cheikh à 5h51 heure locale et était en route pour Saint-Pétersbourg. Les contrôleurs aériens ont perdu sa trace 23 minutes plus tard alors qu'il volait à une altitude de plus de 30.000 pieds (9144 mètres), d'après l'aviation civile égyptienne. L'avion devait quitter l'espace aérien égyptien et entrer dans l'espace chypriote. "L'équipage devait entrer en communication avec Larnaca (Chypre) mais cela n'a pas été fait et l'avion a disparu des écrans radar", a expliqué l'autorité égyptienne de l'aviation civile.

Les débris de l'appareil ont été localisés en fin de matinée à al-Hassana, au beau milieu d'une zone montagneuse dans la province du Nord-Sinaï, a annoncé le cabinet du Premier ministre, Chérif Ismaïl. Selon un membre des services de secours sur les lieux, cité par Reuters , "l'avion s'est brisé en deux parties, une petite qui a pris feu côté queue et une plus grande qui s'est écrasée sur un rocher.

Qui sont les victimes ?
"Il n'y a aucun survivant", ont annoncé des responsables des secours et des services de sécurité dans l'après-midi, les corps des victimes étant éparpillés sur 5 km. Une information terrible, confirmée sur les réseaux sociaux par l'ambassade de Russie au Caire. Sur les 217 passagers, 214 étaient Russes et trois Ukrainiens. 138 femmes et 17 enfants étaient à bord. L'équipage comptait sept membres. Le ministère russe des Situations d'urgence a parlé de passagers âgés de 10 mois – une petite fille – à 77 ans. Le président russe Vladimir Poutine a décrété une journée de deuil national dimanche dans le pays.

Depuis la révolte populaire de 2011 (départ de Moubarak, destitution de Morsi, multiples répressions), le tourisme égyptien est en berne et les autorités tentent de relancer coûte que coûte ce secteur vital de l'économie. Malgré la multiplication des attentats en Egypte, essentiellement revendiqués par Daech, les stations balnéaires de la mer Rouge restent des destinations touristiques privilégiées par les touristes russes et d'Europe de l'est, qui arrivent chaque jour à bord de plusieurs vols charter.

Une défaillance technique ?
Selon des responsables de l'aviation civile égyptienne, le capitaine se plaignait alors d'une défaillance technique de son système de communication. Mais le ministre égyptien de l'Aviation civile Hossam Kamal a assuré plus tard que "les communications entre le pilote et la tour de contrôle étaient normales" jusqu'à ce que le contact soit perdu, le pilote ne demandant pas à changer de route.

L'A321, le modèle de l'appareil russe qui s'est écrasé samedi dans le Sinaï égyptien, est un modèle relativement sûr. Il s'agit de la version allongée de l'avion vedette A320 d' Airbus. L'A321, long de 44,51 mètres et de 34,10 mètres d'envergure, peut voler sur de longues distances. Il a été certifié en décembre 1993. L'appareil accueille en général 185 passagers (16 en classe affaire et 169 en classe économique) mais va jusqu'à 220 pour des opérateurs charter, selon le site d'Airbus. A ce jour, 1140 appareils du même type sont en service, précise le constructeur. L'accident de samedi est le deuxième pour cette variante de l'A-320, selon la Fondation pour la sécurité aérienne, citée par Reuters. Le 28 juillet 2010, un A-321 de la compagnie pakistanaise Airblue s'était écrasé au Pakistan, dans les collines proches d'Islamabad, avec 150 personnes à bord.

Par ailleurs, selon Jean Serrat, consultant aéronautique de BFMTV, les conditions météorologiques étaient bonnes dans la zone au moment où le contact avec l'avion a été perdu.

Les boîtes noires de l'avion ont été retrouvées par les autorités égyptiennes dans la journée de samedi, elles seront analysées par des experts. Par ailleurs, deux enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) français, leurs homologues allemands et russes se déplaceront en Egypte dimanche, accompagnés de 6 conseillers techniques d'Airbus, pour participer à l'enquête qui doit déterminer les causes du crash.

Ciblé par une attaque de Daech ?
La branche égyptienne du groupe jihadiste Daech (l'acronyme arabe de l'Etat islamique ou EI) a affirmé samedi sur Twitter être responsable du crash de l' avion. "Les soldats du Califat ont réussi à faire tomber un avion russe dans la province du Sinaï transportant plus de 220 croisés qui ont tous été tués", a affirmé le groupe extrémiste dans un communiqué posté ses comptes habituels Twitter, indiquant avoir agi en représailles à l'intervention russe en Syrie.

EN SAVOIR + >> Crash d'un avion russe en Egypte : Daech revendique l'attaque

L'avion s'est écrasé au cœur du nord du Sinaï, un bastion de la branche égyptienne de Daech, qui a commis de nombreux attentats visant les forces de sécurité. Et la Russie, alliée indéfectible du président syrien Bachar al-Assad, a lancé le 30 septembre un campagne de raids aériens contre l'opposition syrienne, y compris Daech. Mais selon des experts cités par l'AFP, la haute altitude à laquelle le contact a été perdu avec l'avion rend extrêmement peu probable l'hypothèse qu'il ait pu être touché par une roquette ou un missile tiré du sol.

Les compagnies aériennes française Air France et allemande Lufthansa ont déclaré samedi suspendre le survol de la zone du Sinaï par "à titre de précaution" et "jusqu'à nouvel ordre", en attendant de connaître les causes du crash de l'avion russe.

EN SAVOIR + >> Crash en Egypte : aucun survivant, annoncent les autorités russes et égyptiennes

Plus d'articles

Sur le même sujet