Crash en Egypte : la piste d'une bombe à bord "hautement probable"

Crash en Egypte : la piste d'une bombe à bord "hautement probable"

A321 - De nouveaux éléments viennent éclaircir le crash qui avait fait 224 victimes dans la région du Sinaï le 31 octobre dernier. La piste d'une explosion liée à une bombe semble se confirmer, selon des services américains et britanniques, ainsi que l'implication de Daech.

Une bombe à bord "hautement probable"
Un haut responsable américain, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a jugé jeudi "hautement probable" l'hypothèse d'une bombe à bord de l'avion, qui s'est écrasé peu après son décollage de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh. Il s'inscrit ainsi sur la même ligne que les responsables du renseignement américain qui valideraient la thèse de l'attentat à la bombe. Ces derniers imputent la responsabilité à l'Etat islamique (EI) ou à un groupe affilié. "Nous avons le sentiment définitif qu'un objet a explosé dans un bagage ou ailleurs dans l'avion", a déclaré un officiel des services. Les Américains auraient intercepté des communications de membres de l'EI confirmant leur inculpation dans le crash. Il ne s'agit pas des messages que l'EI a diffusé via Twitter. Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a lui aussi évoqué mercredi soir "une forte probabilité que le crash ait été causé par un engin explosif se trouvant dans l'avion".

Vers un rapatriement des touristes britanniques 
Signe des inquiétudes sur un possible attentat, le Royaume-Uni a annoncé qu'il travaillait avec les autorités égyptiennes pour mettre en place des mesures "d'urgence" afin de rapatrier les touristes britanniques présents à Charm el-Cheikh. Londres a suspendu par précaution les vols entre Charm el-Cheikh et le Royaume-Uni en raison du crash d'un avion russe qui a fait 224 morts dans le désert du Sinaï. Le porte-parole du Premier ministre britannique a annoncé mercredi soir avoir "des craintes" qu'une bombe n'ait été responsable du crash. Les autorités irlandaises ont également ordonné à leurs compagnies aériennes de ne plus survoler le Sinaï.

Daech revendique à nouveau l'attentat
Le groupe Etat islamique a réaffirmé mercredi être responsable du crash de l’avion russe qui a fait 224 morts samedi dans le désert égyptien du Sinaï. Dans un court message audio posté sur son compte Twitter habituel, la branche égyptienne de l'EI, a revendiqué le crash, cinq jours après avoir annoncé qu'il avait "fait tomber" l'avion.

"Nous n’avons aucune obligation d’expliquer comment il s’est écrasé", affirme aujourd'hui l'EI. "Nous vous livrerons les détails de la manière dont il est tombé au moment que nous aurons choisi", ajoute le groupe terroriste.

À LIRE AUSSI >> Daech revendique l'attaque

Un "flash de chaleur" détecté
Un satellite militaire américain a détecté un "flash de chaleur" provenant de l'Airbus au moment du drame, affirme CNN . Si cela peut laisser à penser à une potentielle bombe à l'intérieur de l'avion, pour la compagnie Metrojet, la compagnie russe exploitant l'appareil, seul un facteur "extérieur" peut expliquer le crash. L'analyse des boîtes noires de l'appareil se poursuit.

À LIRE AUSSI
>> 
"Pas de signe pour l’instant" d'un acte terroriste
>> L'explosion en vol se confirme
>> Accident ou attentat ? Le drame en quatre questions

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques