Crash en Egypte : l'explosion en vol se confirme

Crash en Egypte : l'explosion en vol se confirme

CATASTROPHE AERIENNE - Après le crash de l'Airbus 321 dans le Sinai avec à son bord 224 passagers, les circonstances du drame restent floues. Sur place, les deux boîtes noires ont été retrouvées mais 61 corps restent introuvables. Les enquêteurs russes ont confirmé que l'appareil avait explosé en vol.

Le crash de l'Airbus A321 d'une compagnie russe samedi dans le Sinai n'aura laissé aucune chance aux 224 personnes à son bord. Parmi eux, 217 passagers, dont 17 enfants et 7 membres d'équipage. Au lendemain de la catastrophe, les circonstances du crash restent encore floues. D'abord revendiqué par un groupe affilié à l'Etat islamique , qui sévit dans le désert du Sinai depuis deux ans, le crash serait dû, selon le comité russe d'investigation, à un manque de vigilance de la compagnie aérienne, Kogalymavia, plus connue sous le nom de "MetroJet".

Vingt-trois minutes après son décollage à 5h51 heure locale à Charm el-Cheikh, au bord de la mer Rouge, le contact avec l'appareil est perdu. Peu avant, le pilote de l'appareil se plaint d'une défaillance technique des équipements de communication, rapportera ensuite un responsable de l'autorité du contrôle aérien en Egypte. L'avion n'arrivera jamais à Saint-Pétersbourg, son lieu d’atterrissage.

La France envoyée en renfort

Premières constations : l'avion, construit 18 ans plus tôt, a perdu 5000 pieds d'altitude avant de quitter les écrans radars. Pour les enquêteurs, la piste de l'acte terroriste ne tient pas. Seule certitude : les débris et corps retrouvés dans un rayon de 8 km indiqueraient que l'avion se serait disloqué en vol. Une hypothèse confirmée ce dimanche par les enquêteurs russes. Reste à en connaitre les raisons.

Sur place, seuls 163 corps ont été retrouvés. Les recherches ont été élargies ce dimanche à 15 km pour retrouver les 61 corps encore recherchés. Les autorités égyptiennes ont par ailleurs annoncé avoir retrouvé les deux boîtes noires de l'avion.

Mais le doute reste entier quant aux origines du crash. Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi a appelé ce dimanche à attendre les résultats de l'enquête : "Dans ce genre de cas, il faut laisser faire les spécialistes et ne pas évoquer les causes de la chute de l'avion car cela fait l'objet d'une vaste enquête techniquement compliquées", a-t-il déclaré. La France a elle proposé son aide. Deux enquêteurs du BEA (Bureau Enquête et Analyse) et six conseillers techniques Airbus sont attendus sur place dans la journée.

EN SAVOIR + >>   Crash en Egypte : accident ou attentat ? Le drame en quatre questions

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques