Daech diffuse une nouvelle vidéo d'exécutions et menace le Royaume-Uni

Daech diffuse une nouvelle vidéo d'exécutions et menace le Royaume-Uni

SYRIE - Le groupe Etat islamique a diffusé une nouvelle vidéo montrant l'exécution de cinq "espions", dans laquelle un djihadiste s'adresse au Premier ministre britannique David Cameron.

Le groupe Etat islamique a menacé le Royaume-Uni dans une nouvelle vidéo, diffusée ce dimanche sur plusieurs sites dhijadistes et découverte par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE. Elle débute sur les aveux de cinq otages, des hommes originaires de Raqqa en Syrie, et présentés comme des "espions". Tous expliquent ce qui les a conduit aux mains du groupe terroriste : pour certains la diffusion de photos et vidéos des conditions de vie à Raqqa, pour d'autres, la surveillance des déplacements de djihadistes.

La deuxième séquence montre les cinq otages vêtus d'une combinaison orange, agenouillés devant cinq djihadistes cagoulés et armés d'un pistolet. L'un d'eux s'adresse alors au Premier ministre britannique en anglais : "Ceci est un message pour David Cameron. Il est étonnant d'entendre aujourd'hui qu'un dirigeant insignifiant comme toi conteste la puissance de l'Etat islamique", a-t-il déclaré faisant référence à la récente participation du Royaume-Uni dans la lutte contre le groupe terroriste en Syrie.

Cameron, le nouvel ennemi de Daech

A la suite des attentats du 13 novembre, François Hollande avait en effet rencontré son homologue anglais pour le convaincre de rejoindre la coalition internationale menée par les Etats-Unis et de commencer à mener des frappes aériennes en Syrie. "Nous allons continuer à mener le djihad, franchir les frontières, et un jour nous envahirons votre territoire, où nous allons gouverner selon la Charia", a poursuivi le terroriste.

"A tous ceux qui veulent continuer à se battre sous la bannière de Cameron, (...) : pensez-vous vraiment que votre gouvernement se souciera de vous lorsque vous tomberez entre nos mains ? Ou vont-ils vous abandonner comme ils ont abandonné ces espions et ceux qui sont venus avant eux ?", a-t-il interrogé en désignant les cinq otages, avant que chacun ne soit abattu d'une balle dans la tête.

La France encore et toujours aux trousses des djihadistes

De son côté, l'aviation française a mené un raid dans la nuit du 2 au 3 janvier sur un site de fabrication de roquettes artisanales, contrôlé par Daech en Syrie. L'opération a été menée par "quatre avions Rafale équipés de missiles Scalp" qui "ont agi conjointement avec des avions de la coalition", a indiqué le ministère de la Défense. "L'objectif visé a été détruit. Ce raid contribue à affaiblir les capacités logistiques et militaires de Daech à proximité des zones de combat".

Dans une interview accordée au Point, le contre-amiral René-Jean Crignola, à bord du porte-avions Charles de Gaulle depuis le 6 décembre 2015, a expliqué que Daech perdait bien du terrain mais qu'il ne fallait pas crier victoire trop vite. "Ils sont dans une posture défensive. Mais encore une fois, il faut rester très prudent. Ils ont une vraie capacité militaire, ils sont capables de mener des combats classiques et beaucoup moins classiques, qui s'apparentent à du terrorisme, sans respecter aucune règle, avec une capacité de résilience qu'il ne faut pas sous-estimer".

EN SAVOIR +
>>
Un lycéen risque 15 ans de prison pour ses 7000 tweets de soutien à Daech >> Daech fait exploser la prison de Palmyre, symbole du régime syrien

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques