Danemark : pour entrer en boîte, les réfugiés sont priés de savoir parler anglais (ou allemand)

Danemark : pour entrer en boîte, les réfugiés sont priés de savoir parler anglais (ou allemand)

POLEMIQUE - Plusieurs clubs danois refusent leur entrée à ceux qui ne parlent pas anglais, danois ou allemand. Une décision qui vise à écarter la présence de réfugiés.

Avec 766 plaintes déposées, dont 497 pour agressions sexuelles, les violences de la Saint-Sylvestre sont encore dans tous les esprits. Notamment au Danemark, où certains établissements de nuit ont opté pour une mesure radicale. L’entrée est en effet interdite à ceux qui ne parlent pas anglais, allemand ou danois. Soit la plupart des demandeurs d’asile, qui se heurtent plus que jamais à la barrière de la langue.

Pour l’instant, seules  trois discothèques auraient fait ce choix , à Thisted, Haderslev et Sonderborg. Mais selon l'association danoise des restaurants et boîtes de nuit, plusieurs autres établissements songent à des mesures similaires. "Si vous avez un groupe de clients qui a un comportement menaçant, alors cela constitue un problème de sécurité si vous ne pouvez pas dialoguer avec eux", s’est justifié le directeur de l’association.

A LIRE AUSSI >>  Suède : la police reconnaît avoir caché une vague d'agressions sexuelles

Un cours d'introduction aux moeurs danoises

Le propriétaire d’un club de Haderslev, lui-même d’origine syrienne, a décidé de fermer ses portes à ceux qui ne manient pas la langue locale. Il s’en est justifié auprès d’un quotidien local : "Parmi les réfugiés et demandeurs d'asiles qui sortent le soir, beaucoup ne connaissent pas les règles. Quand ils voient une fille, ils deviennent fous, ils essayent de la toucher ou de s'agripper à ses vêtements."

Le Danemark n’est pas le seul pays à adopter de telles mésures : la petite ville allemande de Bornheim, dans l’ouest de l’Allemagne, a par exemple décidé d'interdire l'accès de sa piscine municipale aux demandeurs d'asile hommes depuis que des femmes se sont plaintes d'être importunées par des migrants. Pour essayer de déminer le terrain, des assistantes sociales se rendront ce mois-ci dans deux centres d'accueil de demandeurs d'asile à Sonderborg afin d'expliquer les codes sociaux à adopter en soirée.

Un cours plus général d'introduction aux moeurs danoises, dispensé à tous les nouveaux arrivants, aborde la sexualité, a pour sa part indiqué la Croix-Rouge danoise. En Norvège, des cours pour combattre les violences contre les femmes sont offerts aux demandeurs d'asile pour favoriser leur insertion dans une société où les femmes sortent, boivent et festoient.

A LIRE AUSSI >>  Un réfugié syrien gagne un million d'euros au jeu à gratter

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques