De retour de (longues) vacances, Barack Obama devrait faire sa première réapparition publique lundi

De retour de (longues) vacances, Barack Obama devrait faire sa première réapparition publique lundi

ETATS-UNIS - Silencieux depuis qu'il a cédé la place à Donald Trump le 20 janvier, l'ancien président américain Barack Obama fera sa première apparition publique lundi à Chicago, son fief politique.

Barack Obama de retour aux affaires. Silencieux depuis qu'il a cédé la place à Donald Trump le 20 janvier, l'ancien président américain achève ce week-end ces vacances en Polynésie française. Direction Chicago, son fief politique, où il fera sa première apparition publique. Et préciser ses intentions pour la suite ?


C'est en tout cas ce qu'espèrent les étudiants de l'Université de Chicago. L'ancien chef d'Etat doit en effet participer avec eux, ainsi qu'avec des jeunes représentants de la société civile, à une discussion centrée sur l'engagement citoyen, selon l'équipe de Barack Obama. 

En vidéo

VIDÉO - Et Pendant ce temps... Barack Obama fait du Kitesurf avec Richard Branson

Un mois de vacances en Polynésie française

Nul ne doute que l'ancien président devrait dessiner les contours de sa Fondation, qui devrait désormais l'occuper à plein temps. Une Fondation à laquelle il a dû réfléchir durant ses vacances en Polynésie française, où il est resté un mois. Il a pu le consacrer en partie à l'écriture de ses mémoires, achetées, avec celles de son épouse, pour un montant record que le Financial Times a estimé à plus de 60 millions de dollars. Il était arrivé le 15 mars en jet privé à Tahiti, puis avait changé d'avion pour se rendre aussitôt à Tetiaroa, un atoll qui abrite l'un des hôtels écologiques les plus luxueux au monde, le Brando. Il a notamment été vu et photographié à bord d'un yacht, puis en train de nager.


Le choix de Chicago pour son retour, lui, se veut un symbole : c'est dans cette ville, terre de sa fulgurante ascension politique, que le premier président noir des Etats-Unis avait fait son discours d'adieux, quelques jours avant de quitter la Maison Blanche. Très ému, il avait écrasé une larme un rendant hommage appuyé à sa femme Michelle. Mais surtout, il avait lancé un appel à la vigilance, exhortant les Américains à être des acteurs du processus démocratique. "La démocratie peut flancher lorsque nous cédons à la peur", avait-il lancé. "Notre démocratie est menacée à chaque fois que nous la considérons comme acquise".

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques