Donald Trump à "Valeurs actuelles"  : "Si j’avais été au Bataclan, j’aurais tiré"

Donald Trump à "Valeurs actuelles" : "Si j’avais été au Bataclan, j’aurais tiré"

COW-BOY - Le tonitruant républicain à l'élection américaine a accordé une interview au magazine français "Valeurs Actuelles" paru ce jeudi. On y retrouve ses thèmes de prédilection : l'islam, l'insécurité et l'immigration. Mais également son bilan des attentats de Paris.

"Je peux vous dire que si j’avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j’aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j’aurais dégainé." Pour sa première interview à un média français, Donald Trump est resté fidèle à sa réputation, déroulant les déclarations tonitruantes. Dans les colonnes de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, le candidat républicain évoque donc les attentats du 13 novembre, mais aussi l’immigration et l’islam.

"Vous pensez vraiment que, s’il y avait eu dans l’assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon ? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes", assène le milliardaire à propos de l’attaque du Bataclan. Et de préciser : "C’est du bon sens. Je possède en permanence une arme sur moi." Rien de bien surprenant de la part de l'ancien producteur de vodka, qui avait déjà eu ce genre de réflexion à propos des victimes de la tuerie de Charlie Hebdo, et qui, comme la majorité de ses rivaux républicains, est chatouilleux dès lors qu'on questionne leur droit à porter des armes.

EN SAVOIR + >> Les candidats républicains : "Touche pas à mon flingue"

 "Malheureusement, la France n’est plus ce qu’elle était"

Quelques mois après la polémique sur les "no go zones", ces quartiers parisiens soit disant interdits aux non-musulmans selon la chaîne Fox News, Donald Trump en rajoute une couche : "Malheureusement, la France n’est plus ce qu’elle était, et Paris non plus. Il y a des quartiers dont on a l’impression qu’ils sont devenus hors la loi, qu’ils sont, comme certains de vos essayistes l’ont écrit, des territoires perdus de la République. Des amis français me disent qu’ils ont parfois le sentiment de n’être plus vraiment chez eux quand ils se promènent ça et là dans leur pays."

EN SAVOIR + >> quand Fox News s'emballe sur des "zones de non-droit" à Paris

L’Europe en prend également pour son grade, puisque le magnat de l’immobilier considère que des "révolutions" pourraient avoir lieu. "Je pense que vous allez au-devant de bouleversements dont vous ne mesurez pas l'ampleur, si vos dirigeants politiques n'agissent pas de façon intelligente, rapide et énergique."

A VOIR AUSSI
>> Cliquez ici pour accéder à notre carte interactive des primaires républicaines
>> Cliquez ici pour accéder à notre carte interactive des primaires démocrates

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques