Donald Trump : les Américains n'ont jamais été aussi nombreux à vouloir s'installer au Canada

Donald Trump : les Américains n'ont jamais été aussi nombreux à vouloir s'installer au Canada

ELECTIONS - La requête "Comment déménager au Canada" a connu une forte hausse sur Google, après les élections du "Super Tuesday" qui ont confirmé le succès du milliardaire républicain.

"N'attendez pas que Donald Trump soit élu président pour trouver un autre endroit où vivre". Depuis deux semaines, un site internet encourage les Américains opposés à Donald Trump à venir s'installer sur l'île canadienne du Cap-Breton. Une offre prémonitoire ? Depuis le succès du milliardaire au "Super Tuesday", ils seraient en effet de plus en plus nombreux à envisager de franchir la frontière séparant les deux pays.

S’il est difficile d’avancer un chiffre, le site américain Mashable a constaté que les requêtes sur Google "Comment déménager au Canada" ont explosé au fil des heures durant la soirée de mardi. "Vers minuit, la hausse de la recherche a atteint 1 150 % [par rapport à la moyenne du jour], avant de se stabiliser autour de +500% dans les heures suivantes", a estimé Mashable, chiffres à l’appui.

A LIRE AUSSI >> CARTE INTERACTIVE - Donald Trump conforte son avance

"Le train Trump roule de plus en plus vite"

Ceux-ci ont particulièrement été élevé dans le Massachusetts, où l’iconoclaste candidat a raflé la mise avec 49% des voix. Et Mashable de résumer le sentiment de ces opposants à Donald Trump : "Le train Trump roule de plus en plus vite vers la Maison-Blanche, et certains Américains veulent en descendre".

Si certains Américains songent à poser leur valise côté Canada, c’est peut-être aussi car le nouveau gouvernement libéral au pouvoir se pose en farouche opposant au républicain. En décembre dernier, le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, était sorti de sa traditionnelle réserve quand le milliardaire américain avait déclaré qu'il souhaitait fermer les frontières des Etats-Unis aux musulmans. "C'est quelque chose qu'on ne peut pas accepter au Canada", a lancé Stéphane Dion, estimant qu'"aucun parti politique (canadien) ne pourrait s'approcher même d'un centième, même avec une perche olympique, de ce qui a été dit aux Etats-Unis".

A LIRE AUSSI
>>  Miley Cyrus menace de quitter les États-Unis si Donald Trump devient président
>>  Si Donald Trump était un ou une politique français(e), qui serait-il ?

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques