Trump "mis sur écoute" par Obama : la dernière folle accusation du président américain ?

La présidence Donald Trump

Voir
INFO OU INTOX ? - Ce samedi, Donald Trump créait le buzz sur la toile en accusant son prédécesseur Barack Obama de l'avoir mis sur écoute. Si ses partisans le soutiennent, nombreux sont les dirigeants et médias américains à douter de la véracité de ses propos.

Donald Trump a encore frappé. Le président des Etats-Unis a fait le buzz sur internet, avec des accusations surprenantes sur Barack Obama. En effet, le dirigeant a accusé son prédécesseur de l'avoir "mis sur écoute" durant la campagne présidentielle américaine. Pourtant, un doute persiste : Donald Trump n'a pour le moment livré aucune preuve pouvant corroborer ses accusations. L'homme d'affaires serait-il l'auteur d'une nouvelle fabulation ? Récemment encore, il avait déclaré que les votes de l'élection présidentielle avaient été truqués en faveur de Hillary Clinton.


Selon le porte-parole de Barack Obama, ces affirmations sont fausses. "En ce qui concerne cette pratique, ni le président Obama ni les employés de la Maison Blanche n'ont jamais ordonné la surveillance d'un quelconque citoyen américain, a déclaré à l'agence américaine Associated Press Kevin Lewis. Toutes les accusations à ce sujet sont fausses." Il ajoute que l'une des "règles d'or" du gouvernement Obama stipule qu'aucun membre de la Maison Blanche n'interfère avec les investigations du département de la Justice. 

"Un président ne peut pas ordonner des écoutes", a réagi de son côté sur Twitter Ben Rhodes, un ancien proche conseiller de Barack Obama. En principe, seul un tribunal est habilité à prendre ce type de décisions. Selon le New York Times, il aurait été "difficile pour les agents fédéraux, qui travaillaient au sein même de la loi, de faire valider une requête d'écoutes des conversations téléphoniques de M. Trump" car "cela aurait signifié que le département de la Justice avait réuni assez de preuves pour persuader un juge fédéral qu'il avait peut-être commis un crime sérieux ou qu'il était un agent étranger".

Une information qu'il aurait tiré d'un média... pro-Trump

Selon le New Yorker, le président fait diversion en publiant des "accusations inversées", incriminant les médias de publier de fausses informations afin de redorer son image. L'information ne surgit cependant pas de nulle part : le président aurait été en réalité largement inspiré par un article paru ce vendredi sur Breitbart. Le média conservateur, autrefois tenu par le conseiller stratégique de Trump, a relayé les propos de l'animateur radio et républicain Mark Levin. Ce dernier évoquait la chute de Michael Flynn, ancien directeur de la Defense Intelligence Agency... placé sur écoute sous l'ère Obama. Les enregistrements dévoilaient des liens entre l'homme et l'ambassadeur russe Sergey Kislyak, qui auraient discuté des sanctions imposées par le Démocrate à la Russie.


Du côté des soutiens de Donald Trump, l'animateur de la radio partisane Your Voice, Bill Mitchell, a indiqué sur son compte Twitter que l'affaire allait avoir un énorme retentissement imminent. "Faites-moi confiance. Cette affaire sur 'Obama qui a utilisé l'organisme de renseignement pour espionner la campagne de Trump' va surgir et faire beaucoup de bruit. FoxNews en parle déjà." Et selon le média américain en question, réputé pour ses révélations à scandale, "il est clair que ces affirmations sont basées sur des faits avérés, compte tenu du fait que le président est allé jusqu'à faire des accusations publiques". Affaire à suivre.

En vidéo

Etats-Unis : la phobie des écoutes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques