EN DIRECT - Attentats en Catalogne : François Molins confirme que deux des terroristes ont fait "un séjour éclair" à Paris

LIVE - Alors que la police a abattu lundi Younès Abouyaaqoub, conducteur de la fourgonnette lors de l'attaque de Barcelone, les enquêteurs essayent toujours de retracer son parcours et notamment son passage à Paris.
Live

"PRÊCHES PAS ADÉQUATS"


L'imam Abdelbaki Es Satty, tué dans l'explosion de la planque d'Alcanar et soupçonné d'être le personnage-clé de la cellule djihadiste, avait tenté en 2016 d'officier en Belgique. La petite mosquée de Diegem, près de Bruxelles, a refusé début 2016 de l'employer parce qu'il faisait des "prêches pas adéquats", a indiqué mercredi le maire de la commune.

RASSEMBLEMENT


Le site d'Equinox, radio et magazine français de Barcelone, annonce qu'un grand rassemblement contre le terrorisme sera organisé samedi dans la capitale catalane, à l'initiative de sa maire et du président de la région. Des milliers de personnes sont attendues par les organisateurs.

Les enquêteurs cherchent à savoir "pourquoi les auteurs" de l'attaque de Cambrils (Espagne) sont "montés à Paris et ce qu'ils ont fait en région parisienne", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, soulignant la nécessité de "coopération entre les pays européens"

Les funérailles des deux Portugaises tuées dans l'attentat de Barcelone, une femme de 74 ans et sa petite-fille de 20 ans, ont eu lieu ce mercredi près de Lisbonne.

Le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa et le Premier ministre Antonio Costa ont assisté, sans faire de déclaration, aux cérémonies funéraires des deux victimes.

Urgent

"Personne ne peut penser à l'heure actuelle que ce voyage éclair ait été effectué pour acheter un appareil photo à la FNAC", a affirmé en conférence de presse François Molins. "Nous devons nous attacher à comprendre ce qu'ils étaient venus faire en France", a-t-il poursuivi.

Urgent

Lors d'une conférence de presse, François Molins, procureur de la République de Paris, a confirmé que deux des terroristes impliqués dans les attentats de Catalogne avaient fait "un séjour éclair" de deux jours en France. 

Pour ne pas interférer avec l'enquête de la police espagnole, François Molins a refusé de faire plus de commentaires.

Les autorités espagnoles vont augmenter la présence policière à Barcelone sur les sites touristiques comme la basilique de la Sagrada Familia, et lors d'événements sportifs et culturels, après les attentats qui ont endeuillé la ville, ont annoncé des responsables locaux.

Urgent

INFO TF1/LCI


Avant de se rendre en Espagne, les deux hommes ont dormi à l'hôtel B&B de Malakoff dans la nuit du 11 au 12 août, soit cinq jours avant l'attentat de Barcelone.

Urgent

INFO TF1/LCI


Selon nos informations, la sous-direction anti-terroriste (SDAT) a identifié deux terroristes impliqués dans les attentats présents sur le territoire français quelques jours auparavant. Leur nom : Younès Abouyaaquoub et Omar Hichamy.

En visite en France, le ministre de l'Intérieur espagnol a signé un accord avec son homologue Gérard Collomb afin que 120 gendarmes soient formés aux côtés de la police espagnole dans l'académie de Valdemoro à côté de Madrid.

Des douze membres présumés de la cellule djihadiste tenue pour responsable des attentats en Catalogne, qui ont fait 15 morts et plus de 120 blessés, huit sont morts, trois détenus et un en liberté surveillée.

Urgent

Le gouvernement s'est engagé ce mardi à soutenir dans la durée les dizaines de victimes françaises du double attentat djihadiste en Catalogne, en précisant qu'ils auraient les mêmes droits que les victimes d'attentats en France.

Quelques jours avant l'attentat de Barcelone, plusieurs membres du commando ont été repérés en France et notamment en région parisienne. Retour sur leur mystérieux itinéraire.

En compagnie de son homologue espagnol, Gérard Collomb a observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Barcelone.

Le ministre de l'Intérieur espagnol est en déplacement en France pour rencontrer Gérard Collomb. Les deux hommes devraient parler du renforcement de la coopération entre les deux pays dans la lutte antiterroriste.

La vie reprend doucement son cours six jours après l'attentat sur les Ramblas.

MATÉRIEL ACHETÉ


On en sait un peu plus sur ce qu'ont acheté les terroristes présumés dans un grand magasin parisien. Il s'agit notamment d'un appareil photo et du matériel hifi. Les enquêteurs ne savent toujours pas ce qui a motivé leur venue dans la capitale.

À MALAKOFF


Selon nos informations, confirmant celles du Parisien, Younes Abouyaaqoub et une ou deux autres personnes auraient dormi dans un hôtel à Malakoff, en banlieue parisienne, le long du périphérique sud, la nuit du vendredi 11 au samedi 12 août.

INCARCÉRATIONS


Après la mise en examen des quatre membres présumés encore en vie de la cellule djihadiste, deux d'entre eux ont été placés en détention ce soir, et un troisième a été laissé libre sous contrôle judiciaire, indique une source judiciaire à l'AFP. Le juge a estimé que les indices contre ce troisième suspect étaient faibles, même s'il est lui aussi inculpé pour "appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs". Le magistrat s'est par ailleurs laissé trois jours pour enquêter et décider s'il libère le quatrième suspect.

AUDITION


Parmi les quatre suspects entendus aujourd'hui, deux ont "rejeté la responsabilité sur l'imam" Abdelbaki Es Satty, mort dans l'explosion accidentelle d'une maison à Alcanar, selon une source judiciaire. "Les deux autres ont dit ne rien savoir de lui".

MISES EN EXAMEN


Les quatre survivants de la cellule djihadiste sont inculpés d'assassinats terroristes, indique une source judiciaire à l'AFP.

AUDITION


Driss O.,  un des suspects appréhendés au soir même de l'attentat de Barcelone et qui avait expliqué s'être fait voler ses papiers par son petit frère a modifié ses déclarations, selon El Pais. Le frère aîné d'un des terroristes présumés décédé à Cambrills aurait lui-même loué le van qui a finalement servi à commettre l'attentat des Ramblas, pensant qu'ils allaient effectuer un déménagement. 

AUDITION


L'un des quatre suspects encore en vie, Mohamed Houli Chemla, a répété devant le juge qui l'a entendu aujourd'hui, comme il l'avait déjà déclaré lors de sa garde à vue, que la cellule préparait un attentat à l'explosif de plus grande envergure que les deux attaques de Barcelone et Cambrils, indique l'AFP en citant une source policière. Ils visaient "des monuments".

ENQUETE


Les Mossos viennent de diffuser une vidéo de leur opération effectuée jeudi au domicile des terroristes présumés à Ripolls.  

#RÉVÉLATION


Selon nos informations, l'homme qui conduisait la fourgonnette meurtrière à Barcelone a passé une nuit en Ile-de-France avec deux autres comparses le week-end précédent l'attentat.

Attentats en Espagne : Younès Abouyaaqoub était à Paris le week-end avant les attaques

Attentats en Espagne : Younès Abouyaaqoub était à Paris le week-end avant les attaques

#ENQUETE


Les auditions ont débuté. Le premier à être entendu par le juge est Mohamed H., blessé lors de l'explosion de la maison d'Alcanar, considérée comme la base arrière de la cellule. 

#SOLIDARITÉ


L'Association des services funéraires de la Catalogne a offert ses services gratuitement aux familles des 15 personnes tuées dans les attentats de Catalogne jeudi dernier.

#FRANCE


On en sait plus sur l'aller-retour qu'ont effectué plusieurs membres de la cellule responsable des attentats de Catalogne. Selon nos informations, l'Audi A3 avec laquelle ils ont perprété l'attaque de Cambrills et qui a été flashée en région parisienne une semaine avant l'attaque, ne serait pas allée jusqu'en Belgique. Trois personnes, dont Younes Abouyacoub, étaient à l'intérieur. 

#JUSTICE


Un juge doit déterminer, après les avoir interrogés, quelles charges il retient contre eux pour les attentats qui ont fait 15 morts et plus de cent blessés à Barcelone et à Cambrils. Deux d'entre eux sont les frères de terroristes présumés abattus par la police.

#JUSTICE


Les survivants de la cellule djihadiste responsable des attentats de Catalogne viennent d'arriver au tribunal.

#DÉTENUS


Les quatre détenus seront mis à disposition de la Audiencia Nacional mardi à 9h.

#PRESSE


Les Mossos ont également confirmé que l'imam de Ripoll était l' une des personnes tuées dans l'explosion d'Alcanar. Trapero a ajouté que les 12 personnes formant la cellule terroriste étaient "emprisonnées ou abattues". "Pour autant, cela ne veut pas dire que l'enquête est close" a-t-il ajouté.

#RÉVÉLATIONS


Josep Lluís Trapero, le chef de la police catalane, a donné quelques précisions sur l'affrontement survenu avec le principal suspect : "Il a dit 'Dieu est grand'. Les Mossos ont vu qu'il portait une ceinture qui pouvait s'apparenter à une ceinture d'explosifs et ont fait feu sur lui." Après vérification des forces, la ceinture d'explosifs s'est avérée être factice.

#BILAN


Les Mossos ont fait un dernier bilan concernant les suspects des attentats de Barcelone et Cambrils. "Jusqu'à présent, il y a quatre détenus, huit terroristes présumés tués, en lien avec les attaques de Barcelone et Cambrils."

#POINT PRESSE


Le point-presse a commencé. Carles Puigdemont, le président de la Catalogne a salué le travail des Mossos et confirmé la mort de Younes Abou Abouyaaqoub. "Peu avant cinq heures de l'après-midi, les Mossos ont tué Younes Abouyaaqoub, le chauffeur de la camionnette de Barcelone" a-t-il précisé.

#MANIFESTATION


Des centaines de musulmans et représentants de la communauté musulmane en Espagne manifestent en ce moment sur la Plaza Catalunya pour dénoncer les attaques terroristes.

#IDENTIFICATION


Les autorités de la protection civile espagnole ont indiqué sur leur compte Twitter avoir désactivé le plan d'alerte PROCICAT, après avoir identifié toutes les victimes décédées lors des attaques de Barcelone et Cambrils.

#COMMUNICATION


Selon La Vanguardia, une conférence de presse aura lieu à 19h pour évoquer les derniers développements de l'enquête, et notamment la mort supposée du principal suspect, Younes Abouyaaqoub.

#CONFIRMATION


Le compte Twitter des Mossos a confirmé ce lundi que la personne abattue lors de l'opération de Subirats était bien Younes Abouyaaqoub, le principal suspect de l'attentat de Barcelone.

#COOPERATION 


Les Mossos font actuellement des contrôles de police : ils demandent aux personnes contrôlées ou témoins de celles-ci de ne pas révéler leurs emplacements, ni les photos de ces opérations. 

#PRISE EN CHARGE 


Selon le cabinet du Garde des Sceaux, des ressortissants français faisant partie des victimes, une cellule de crise a été mise en place à Barcelone et des professionnels de santé des cellules d’urgence médicopsychologique (CUMP) et du SAMU ainsi que des représentants des associations de victimes ont été dépêchés sur place. 


Pour permettre aux victimes d'être suivies, la déléguée interministérielle à l’aide aux victimes, Elisabeth PELSEZ, réunira demain à 15 heures, les principaux responsables de cette prise en charge, notamment les associations d’aide aux victimes et de victimes, le fonds de garantie des victimes du terrorisme et d’autres infractions (FGTI), le service de l’accès au droit et à la politique associative du ministère de la justice.

#OPERATION 


Les opérations de déminage sont en cours à Subirats.

#PRECISION 


En fin d'après-midi, les Mossos ont indiqué qu'une opération de police était en cours, du côté de Subirats. Les policiers espagnols ont indiqué qu'un homme était mort, au cours de cette opération : "il portait ce qui ressemblait à une ceinture explosive", indiquent-il. 


Si plusieurs sources indiquent que la personne abattue pourrait être le terroriste recherché, Younes Abouyaaqoub, pour l'heure, rien ne permet de l'affirmer. De même que sa possible arrestation n'a pas été confirmée. 

#OPERATION 


Selon les Mossos, un homme a été abattu à Subirats. Il portait ce qui ressemblait à une ceinture explosive. 

#OPERATION 


Selon El Pais à propos de l'incident de Subirats : "les premières informations indiquent qu’un citoyen a prévenu la police de la présence du fugitif dans la zone de Subirats et Sant Sadurni. Une patrouille est arrivée sur zone et a tiré contre cette personne qui portait ce qui ressemblait à une ceinture d’explosifs. Aucune confirmation si elle est vivante ou morte" 


Selon l'AFP qui cite des sources policières proches de l'enquête, l'homme abattu pourrait être l'auteur de l'attentat de Barcelone. Une information à prendre 

#OPERATION 


Selon la radio espagnole Cadena Ser, la police a ouvert le feu sur un homme portant une ceinture d'explosifs à Subirats, à l'Ouest de Barcelone, indique Reuters. 


Les Mossos d'Esquadra indiquent qu'une opération de police est en cours. 

#EXPLICATIONS 


Souvent évoquée, l'idée d'un FBI européen pour lutter contre le terrorisme est pourtant impossible. Nos explications. 

Pourquoi la création d'un FBI européen, relancée après les attaques terroristes en Catalogne, reste aujourd'hui impossible

Pourquoi la création d'un FBI européen, relancée après les attaques terroristes en Catalogne, reste aujourd'hui impossible

#ENQUETE 


La Belgique enquête, elle aussi, sur les attentats de Catalogne : un Belge fait partie des victimes. Que ce soit en Espagne ou en Belgique, les enquêtes conjointes se concentrent sur l'imam de Ripoll, Abdelbaki Es Satty, considéré par les autorités espagnoles comme l'architecte des attentats de Barcelone et Cambrils. Disparu depuis mardi dernier, il semblerait qu'il soit mort, à Alcanar dans l'explosion de la maison mais cette information n'a toujours pas été confirmée par le major Trapero. 


Ce lundi, le porte-parole du parquet fédéral belge déclaré que ce dernier, avait séjourné en Belgique entre janvier et mars 2016. Cependant, il n'était pas connu des services de police judiciaires" et à ce stade, aucun lien ne peut être établi entre ce séjour et les attentats de Bruxelles. 


Le journal El Mundo a cité des sources antiterroristes selon lesquelles Abdelbaki Es Satty avait séjourné en prison "où il avait noué une amitié particulière avec Rachid Aglif, dit El conejo (le lapin), condamné à 18 ans" pour participation aux attentats jihadistes dans des trains de banlieue du 11 mars 2004, qui avaient fait 191 morts à Madrid. 

En fin d'après-midi, jeudi 17 août, une fourgonnette a percuté la foule, sur les Ramblas, un quartier ultra fréquenté de Barcelone. Au moins 13 personnes sont mortes et 100 autres blessées. Les autorités ont rapidement qualifié cet acte comme une attaque terroriste. Daech a ensuite revendiqué l'attentat.


Quelques heures plus tard, vers 02h00 du matin locales vendredi, une nouvelle attaque sur le même mode opératoire a été déjouée par la police catalane à Cambrils, à 120 km au sud de Barcelone, avec la mort de cinq passagers du véhicule. Six civils ont été blessés par le véhicule. Parmi eux, une femme a ensuite succombé à ses blessures. Un policier a été légèrement blessé. 

Lundi, après quatre jours de chasse à l'homme, la police espagnole a abattu près de Barcelone Younès Abouyaaqoub, l'auteur présumé de attentat sur les Ramblas. Elle a ensuite annoncé que l'imam Abdelbaki Es Satty, soupçonné d'être au centre de la cellule djihadiste responsable de ces attaques, est bien mort dans l'explosion survenue jeudi matin dans une maison d'Alcanar. 


Le bilan des attaques est par ailleurs passé à 15 morts après la confirmation qu'un homme qui avait croisé jeudi la route de Younès Abouyaaqoub a été tué par ce dernier.

Si notre direct ne s'affiche pas, cliquez ici.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats de Barcelone et Cambrils

Plus d'articles

Sur le même sujet