Enfant décapité à Moscou : recueillement et colère au lendemain du drame

Enfant décapité à Moscou : recueillement et colère au lendemain du drame

RUSSIE – Alors qu'une nourrice a décapité une fillette et a brandi sa tête dans les rues de la capitale russe lundi, les Moscovites ont improvisé un mémorial devant la station de métro où s'est déroulé le drame lundi. De leur côté, les nationalistes davantage de contrôle pour les migrants d'Asie centrale et du Caucase.

Après le choc face à un meurtre inimaginable, place au recueillement. Les Moscovites sont en deuil, mardi matin, au lendemain de la mort d'une fillette décapitée par une femme en jilbab noire dans la capitale russe. A la station de métro Oktiabrskoïe Pole, dans le nord-ouest de Moscou, les badauds ont apporté des fleurs, certaines avec des rubans noirs, mais aussi des peluches, des confiseries et des bougies à l'entrée de la station, rapporte l'agence Interfax.

EN SAVOIR +
>> La nounou dit avoir agi "sur ordre d'Allah"
>> Moscou : une nounou décapite un enfant et brandit la tête dans la rue

Les piétons, arrêtés au pied de ce mémorial improvisé, sont nombreux à pleurer. La majorité d'entre eux exigent une punition sévère pour la tueuse présumée, arrêtée lundi avec la tête de l'enfant dans la main. Les nationalistes russes réclament notamment un contrôle plus strict des résidents étrangers, la nourrice étant originaire d'Asie centrale.

Les nationalistes russes exigent plus de contrôle des migrants

Ces derniers ont demandé l'instauration d'un régime de visas pour les résidents des pays du Caucase du sud et de l'Asie centrale. "Nous avons soumis une pétition à l'administration présidentielle et la Douma pour exiger un régime de visas pour l'Asie centrale et le Caucase du Sud et un contrôle strict sur les migrants et leurs visas de travail", a déclaré mardi à Interfax Dmitry Demuskin, homme politique russe et figure de l'aile droite radicale.

Ils exigent également des sanctions à l'encontre des officiers de police "qui n'ont rien fait pendant une heure", a-t-il ajouté. Selon Interfax, la police a intensifié les moyens de sécurité face à une éventuelle montée de la xénophobie chez les jeunes. Des mesures ont été prises "par crainte que des groupes nationalistes radicaux deviennent actifs", précise l'agence.

À LIRE AUSSI
>>
Défilé ultra-nationaliste en Russie : des néo-nazis, des staliniens et des majorettes !
>>
Moscou secouée par des émeutes xénophobes

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques