Etats-Unis : elle épouse un meurtrier en liberté conditionnelle, il tue ses enfants

Etats-Unis : elle épouse un meurtrier en liberté conditionnelle, il tue ses enfants

DirectLCI
HORREUR – Aux Etats-Unis, Gregory Green vient d’être condamné pour le meurtre des quatre enfants de la femme qu’il avait épousée en sortant de prison, après avoir purgé une peine pour avoir tué sa précédente épouse.

Une dramatique récidive. Aux Etats-Unis, Gregory Green vient d’être condamné à la perpétuité pour le meurtre de quatre enfants. Et il n’en était pas à son coup d’essai. En 1991, cet homme originaire du Michigan avait poignardé sa femme qui était enceinte de 6 mois. C’est lui-même qui avait prévenu la police venue l’arrêter sur place. Après avoir purgé 16 années de prison, Gregory Green avait bénéficié d’une libération conditionnelle. Les juges avaient plusieurs fois refusé de le laisser sortir car il n’avait pas exprimé de remords. Mais cette fois, sa remise en liberté avait été favorisée par le soutien d’un pasteur, Fred Harris. 


L’homme de foi estimait alors que le meurtrier avait suffisamment payé pour ce malheureux acte impulsif. Fred Harris avait assuré à la justice que sa communauté accueillerait à bras ouvert Gregory Green. Une promesse plus que tenue. A sa sortie en 2008, l’ex-prisonnier a, en effet, épousé Faith Harris, la fille du pasteur, qui était déjà mère de deux enfants. Ils ont eu ensemble deux autres bébés. 

Empoisonnées au monoxyde de carbone

Mais tout était loin d’être rose et Faith avait demandé le divorce en août dernier. C’est un mois plus tard que le drame s’est produit. Le 21 septembre, Gregory Green appelle de nouveau le 911. Arrivée sur place, la police découvre Faith Harris-Green gravement blessée dans la cave. A ses côtés, les deux adolescents qu’elle a eus lors d’une précédente relation sont morts, tués par balle. A l’étage, les deux fillettes du couple, âgées de 4 et 5 ans, sont également décédées. Elles ont été empoisonnées dans la voiture familiale au monoxyde de carbone avant que leur père ne transporte les corps. Lors du procès, le meurtrier a reconnu les faits sans pouvoir expliquer ses crimes. 

Plus d'articles

Sur le même sujet