États-Unis : il viole une jeune fille de 12 ans et obtient la garde partagée de l'enfant né de cette agression

États-Unis : il viole une jeune fille de 12 ans et obtient la garde partagée de l'enfant né de cette agression

DirectLCI
JUSTICE - Un juge du Michigan a donné la garde partagée au père d'un enfant de huit ans né d'un viol commis en 2009. Une décision qui choque la société américaine.

Il a violé sa mère quand elle avait 12 ans et vient d'obtenir la garde partagée de cet enfant né de ce crime. L'histoire est rapportée par The Detroit News mardi 10 octobre. Un juge du Michigan a accordé la garde partagée à Christopher Mirasolo, 27 ans, après qu'un test ADN a confirmé le mois dernier qu'il était bien le père de l'enfant, aujourd'hui âgé de 8 ans. Le juge a par ailleurs transmis au violeur l'adresse de la mère de l'enfant et a également ordonné que le nom du père apparaisse sur son certificat médical.


"C'est de la folie. Rien n'a été fait correctement dans cette affaire. Il n'a jamais été inculpé comme il se devait et devrait être quelque part derrière les barreaux. Mais le système s'acharne sur ma cliente qui n'était qu'une enfant au moment des faits", dénonce l'avocate de la victime. Àgé de 18 ans au moment des faits, Christopher Mirasolo n'avait écopé que d'un an de prison pour son crime et n'avait passé que six mois et demi derrière les barreaux avant d'être libéré pour s'occuper de sa mère. 

Interdit de s'approcher des écoles

L'avocate de Mirasolo a indiqué auprès de The Detroit News que la demande de garde n'avait en cas été initié par son client. "Christopher a été informé de sa paternité le mois dernier et un ordre de filiation a été rendu par le tribunal, assorti d'un droit de garde et droit de visite. (...) C'est une démarche que fait habituellement le bureau du procureur quand l'une des parties fait une demande d'aide sociale", a-t-elle déclaré. "Je ne sais pas quels sont ses plans, ou intentions concernant sa future relation avec l'enfant (...) Nous allons devoir en discuter ensemble", a-t-elle ajouté. 

La mère compte de son côté invoquer le Rape survivor child custody act, une loi qui permet à la victime d'un viol qui tombe enceinte d'empêcher devant la justice tout droit de visite ou de garde de l'agresseur sur l'enfant né de ce viol, fait savoir son avocate. 


Christopher Mirasolo, récidiviste, a depuis passé quatre ans en prison pour le viol d'un mineur de moins de 15 ans. Selon CBS, il se trouve toujours en liberté conditionnelle et apparaît dans le fichier des agresseurs sexuels. Il lui est interdit de s'approcher des écoles et des lieux où se trouvent des enfants. Il doit par ailleurs être accompagné d'un adulte s'il se trouve avec un enfant de moins de 17 ans. 

Plus d'articles

Sur le même sujet