Etats-Unis : ses produits bientôt périmés, l'Arkansas accélère les exécutions de prisonniers

Etats-Unis : ses produits bientôt périmés, l'Arkansas accélère les exécutions de prisonniers

PEINE DE MORT – En 10 jours, huit hommes vont être exécutés en Arkansas le mois prochain. Une cadence sans précédent qui a une raison assez inattendue : les produits de l’injection létale arrivent à date d’expiration.

Ils sont encore 34 condamnés dans le couloir de la mort en Arkansas. Huit d’entre eux, reconnus coupables de meurtres entre 1989 et 1999, seront exécutés le mois prochain, annonce le New York Times. Et pourtant, dans cet Etat américain, la peine de mort est suspendue depuis 2005 en raison de difficultés juridiques, mais aussi de la difficulté à trouver les médicaments pour réaliser les injections létales.


Le gouverneur de l’Arkansas, Asa Hutchinson, ancien procureur fédéral, a déploré cette semaine que les exécutions soient autant rapprochées : les huit auront lieu en l’espace de 10 jours. "J’aurais préféré qu’elles soient étalées sur plusieurs mois et années, mais ce n’est pas possible vue la situation actuelle", a-t-il déploré en prenant ses fonctions en 2015, ajoutant que les familles des victimes "qui ont supporté ça depuis tant d’années méritent une conclusion".

De nombreux ratés dans les exécutions récentes

La raison en est cependant toute autre. Dans un communiqué publié vendredi, le gouverneur a reconnu que la planification rapide des exécutions, la cadence la plus effrénée de l’histoire récente des Etats-Unis, avait une explication beaucoup plus rationnelle : l’un des trois médicaments nécessaires au cocktail létal pourrait ne plus être disponible dans le futur. Et les fonctionnaires de l’Etat ont annoncé que les stocks de midazolam atteignaient leur date d’expiration en avril.


Le midazolam, un sédatif aux propriétés amnésiantes et anticonvulsantes, a été pointé du doigt ces dernières années pour son implication dans plusieurs injections ratées dans d’autres Etats américains. Ainsi, en décembre dernier, un condamné à mort avait succombé dans d’atroces souffrances, convulsant et s’étouffant durant 13 minutes, car le produit n’avait pas fait effet. En Arizona, Joseph Wood avait, lui, mis près de deux heures à mourir. L’un des cas les plus marquants d’exécutions ratées depuis 2014.


De nombreuses firmes pharmaceutiques, notamment européennes, ne veulent plus approvisionner les prisons en produits utilisés pour les exécutions. Des Etats ont donc recours au midazolam, qui n’est pas un anesthésiant, au sein d’un protocole de trois produits permettant d’endormir, paralyser puis exécuter le condamné.

En vidéo

Etats-Unis : exécution suspendue pour des doutes sur un produit létal

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques