États-Unis : tirade anti-islam mais débat sérieux pour Donald Trump

États-Unis : tirade anti-islam mais débat sérieux pour Donald Trump

ÉTATS-UNIS - Les quatre candidats aux primaires républicaines, dont le favori Donald Trump, étaient tous en Floride jeudi pour un nouveau débat, dernière occasion pour le sénateur local Marco Rubio de s'adresser à des millions de téléspectateurs avant le scrutin de mardi.

Les deux visages de Donald Trump sont une nouvelle fois apparus mercredi et jeudi en Floride. D'un côté, il avait promis qu'il adoucirait son ton lors de ce nouveau débat, le douzième depuis août. Mais lors d'une interview mercredi soir sur CNN , le favori républicain s'en est une nouvelle fois pris à l'islam, après une question du journaliste vedette de la chaîne Anderson Cooper qui lui demandait s'il pensait que l'islam était en guerre contre l'Occident.

"Je pense que l'islam nous hait. Il y a une sorte de haine immense là-bas. Il y a une immense haine. Nous devons aller au fond des choses. Il y a une haine incroyable contre nous", a répondu Donald Trump. "Islam ou islam radical ?", a alors demandé le journaliste. "Radical, mais c'est très difficile à définir. Il est très difficile de les distinguer car on ne sait pas qui est qui", a dit le candidat.

Un débat étonnamment sérieux

Après cette nouvelle tirade anti-islam, place au débat et au sérieux. Le débat a lieu à l'Université de Miami à partir de 20h30. Et à la surprise générale, Donald Trump n'a pas interrompu ses rivaux de la soirée et débattu calmement, négligeant même de répliquer à certaines attaques. "Je n'arrive pas à le croire, tout cela est très civil", s'est-il écrié, faussement épaté. "Soyez intelligents et unis", a-t-il aussi dit en conclusion du débat de deux heures à Miami, diffusé sur CNN . Le favori des sondages a lancé un appel aux républicains inquiets de sa personnalité clivante et de son langage incendiaire, alors que les primaires de mardi prochain, dans cinq grands Etats, pourraient sceller son triomphe.

Après bientôt six semaines de primaires, Donald Trump, 69 ans, est en tête du nombre de délégués récoltés, avec 461 sur les 1.237 requis pour décrocher l'investiture à la convention de Cleveland en juillet, selon le décompte de CNN, devant le sénateur du Texas Ted Cruz (360), Marco Rubio (154) et le gouverneur de l'Ohio, John Kasich (54). Le "super mardi" bis de mardi prochain verra cinq grands Etats voter : Floride, Ohio, Illinois, Missouri, Caroline du Nord, avec 358 délégués à la clé.

A LIRE AUSSI >> CARTE INTERACTIVE - Donald Trump conforte son avance

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques