"Evacuation Squad" : qui se cache derrière les fausses alertes à la bombe dans les lycées ?

"Evacuation Squad" : qui se cache derrière les fausses alertes à la bombe dans les lycées ?

PIRATES - Depuis la fin du mois de janvier, dans plusieurs pays dont la France, des alertes à la bombe dans les lycées se multiplient. Les responsables feraient partie du groupe "Evacuation Squad", des hackers internationaux. Metronews fait le point.

Quelles sont leurs cibles ? 
Des lycées au Royaume-Uni, en Italie, en Suède, en Finlande, en Australie, au Japon, aux Etats-Unis et en France, ont reçu des alertes à la bombe entre le 19 janvier et le 1er février. Dans l'Hexagone, neuf lycées parisiens et un lycée lyonnais ont été les cibles revendiquées d'Evacuation Squad, rien que pour la journée du 1er février.

Quelles sont leurs revendications ?
Derrière ces fausses alertes à la bombe, Evacuation Squad essaye de faire "sauter les cours" et "distraire la police",  rapporte L'Obs . Dans un mail à la version australienne du site Mashable, un responsable du groupe utilisant le nom de Viktor Olyavich a expliqué lancer ces alertes à la bombe parce qu'il trouve cela "amusant". Le 26 janvier, le groupe mettait en ligne un message pour expliquer qu'il déteste "le gouvernement américain. Nous détestons l'autorité et nous adorons semer le désordre."

Quel est le mode opératoire ?
Les lycées reçoivent tous le même genre d'appels anonymes. Un message audio très court, certainement pré-enregistré et dont la voix a été robotisée, qui dit en substance ceci : "Il y a une bombe cachée. Vous allez tous mourir". Bien évidemment, ces menaces sont prises très au sérieux. Les lycées sont évacués et les autorités compétentes viennent inspecter les lieux.

"Evacuation Squad" incite même aux fausses alertes, en offrant la possibilité d'écrire au groupe pour qu'il passe à l'action dans un lieu précis. Un "service", proposé via une application protégée, que le groupe souhaite rendre payant à partir du 1er mars - uniquement en bitcoins, précise-t-il.

Qui se cache derrière Evacuation Squad ?
Sur Twitter (le compte a été supprimé), le groupe affirmait être composé de "six individus basés à l'international". Leur compte avait pour photo un portrait de Vladimir Poutine. Ces six personnes seraient localisées en Iran et en Russie.

Quelles poursuites judiciaires sont possibles ?
Dans la plupart des pays, les enquêteurs ont conclu qu'il ne s'agissait que de "canulars". En France, une enquête pour "menaces de destruction" a été confiée à la sûreté territoriale de Paris. La difficulté pour les trouver n'est pas négligeable : les membres d'Evacuation Squad piratent des comptes Skype, Whatsapp ou Hangouts pour passer leurs appels, parfois de manière chiffrée.

À LIRE AUSSI
>>  Les alertes à la bombe dans les écoles se multiplient un peu partout dans le monde
>>  Nouvelles menaces visant des lycées parisiens
>>  Paris : alerte à la bombe dans plusieurs lycées

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques