EXCLUSIF TF1 - L'entretien intégral de Bachar Al-Assad

INTERVIEW - Bachar Al-Assad a accordé une interview exclusive à Europe 1 et TF1, ce jeudi 16 février. Au cours de cet entretien, le président syrien a notamment évoqué sa lutte contre les terroristes, Daech et al-Nosra en tête, et s'est positionné en ultime rempart contre le terrorisme.

Bachar Al-Assad a de nombreux ennemis en Syrie. D'abord pacifique, en six ans, la révolution syrienne s'est transformée en une guerre civile aux multiples fronts. Depuis mars 2011, ce conflit a coûté la vie à plus de 300.000 personnes et fait des millions de réfugiés. 


Quelques semaines après la reprise d'Alep et à l'heure où les discussions pour la paix entre les rebelles et le régime syrien se déroulent à Astana, le leader syrien a accordé une interview exclusive à TF1 et Europe 1. 

Raqqa, c'est le symbole de l'EIBachar Al-Assad, le président de la République arabe syrienne

Lors de cet entretien à Damas, Al-Assad a évoqué la lutte contre "les terroristes", englobant Daech, al-Nosra et les modérés. Des groupes pourtant bien distincts. Mais peu importe, pour lui l'idéologie demeure la même : "Daech est un produit, ce n'est pas le problème, déclare l'homme fort du régime. Le problème, c'est l'idéologie de Daech, qui est la même qu'al-Nosra et que celles d'autres organisations terroristes en Syrie, et peut-être en Libye (...) Ces personnes sont les mêmes. Ceux qui sont chez Daech étaient avant avec al-Nosra. Maintenant, ils bougent d'une organisation à une autre, parce que c'est la même idéologie. C'est la cause de ce terrorisme." 


Interrogé sur la reconquête attendue de Raqqa, berceau de l'organisation terroriste Etat islamique et salle des opérations terroristes en Europe, et plus précisément en France, le président syrien a expliqué ne pas en faire sa priorité. "Ils (ndlr : les attentats) ne se préparent pas nécessairement à Raqqa. Raqqa, c'est le symbole d'EI, a-t-il assuré. Daech est proche de Damas, ils sont partout. Ils sont à Palmyre, dans l'Est de la Syrie... Notre priorité, c'est d'être partout."

En vidéo

Alep - Bachar Al-Assad: "il fallait libérer ces populations, parfois il faut en payer le prix"

Les dirigeants de l'Ouest n'ont pas à choisir entre moi et DaechBachar al-Assad, président de la République arabe syrienne

Répondant à ceux qui estiment qu'il incarne l'autre face du mal, avec Daech, Al-Assad s'est montré plus agressif. "Les dirigeants de l'Ouest n'ont pas à choisir entre moi et l'EI. Mon peuple doit choisir, parce que c'est un problème syrien, a-t-il dit, avant de surenchérir. Nous n'écoutons pas ce que pensent les répresentants des pays de l'Ouest. Ils devraient s'inquiéter de leurs peuples et de protéger leur population des attaques terroristes qui surviennent à cause de leur politique." Une ultime attaque, contre la France notamment, qu'il accuse "d'avoir supporté les terroristes en Syrie depuis le premier jour".

Un dispositif commun Europe 1, TF1 et LCI

Fabien Namias, directeur de l'information d'Europe 1 et Michel Scott, journaliste chargé de l'actualité internationale à TF1, se sont rendus à Damas pour interroger Bachar el-Assad, le président de la République arabe syrienne. Vous pourrez découvrir cet entretien dans La matinale d'Europe 1, jeudi 16 février à 8h10 et aussi dans le JT de 20h de TF1. Il sera également disponible en intégralité sur LCI, canal 26 de la TNT, dès 20H.

En vidéo

Entretien exclusif avec Bachar el-Assad : "Il assume pleinement la brutalité de ses méthodes"

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques