Gaza : les yeux plein de bleus de Farah

Gaza : les yeux plein de bleus de Farah

RESEAUX SOCIAUX - Une Gazaoui de 16 ans est devenue une personnalité sur les réseaux sociaux depuis qu'elle a commencé à raconter les bombardements de l'armée israélienne sur Gaza. Elle permet de se rendre compte de l'état d'esprit des jeunes Gazaouis pris dans la guerre entre le Hamas et Israël.

► Savez-vous ce que fait le bruit d'une bombe qui tombe à côté de chez vous ?

 

►  Savez-vous ce que fait le bruit d'un drone ?

► Savez-vous à quoi ressemble une bombe qui tombe dans la nuit ?

 

Farah Baker, elle, le sait. Cette Gazaoui de 16 ans raconte depuis le début de l'opération à Gaza à ses 120 000 followers sur Twitter ses peurs de gamine sous les bombes. Ses traumatismes de guerre aussi : "J'entends les bombes israéliennes depuis que je suis née, mais je n'arrive pas à m'y habituer : quand je vois un gros nuage, le premier truc qui me vient à l'esprit c'est que c'est de la fumée, quand j'entends une voiture qui roule vite, la première chose qui me vient à l'esprit c'est que c'est une roquette qui tombe, quand une porte claque, je me demande si c'est une bombe".

Cloitrée avec ses petites deux soeurs

De chez elle où elle vit cloitrée avec ses parents et ses deux petites sœurs (6 et 14 ans), depuis le début des bombardements, cette fille d'un médecin, le visage rond percé de grands yeux bleus, montre la guerre qu'elle voit, exprime ce qu'elle ressent. Son fil d'actualité  Twitter (timeline) est parsemé de photos de cadavres de ceux qu'elle appelle les "martyrs".  

Pour parler du Hamas, elle dit "armée de résistance". Elle ne parle quasiment pas d'Israël. Et ne tient jamais de propos haineux envers quiconque. Même si pour elle Israël cible aussi les civils, comme en témoigne ce tweet : 

Interrogée par la télé américaine NBC , la jeune fille a confié son envie de devenir avocate pour "arrêter tout ceci". Car comme l'a posté elle même sur Twitter : "Je m'appelle Farah Baker, j'ai 16 ans. Depuis que je suis née, j'ai survécu à trois guerres. Je pense que c'est assez".

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques