Irma en Floride : la baie de Tampa, zone la plus vulnérable des Etats-Unis face à un ouragan

CAUCHEMAR - Irma s’apprête à déferler ce lundi matin sur la baie de Tampa, en Floride. Un endroit idyllique bordé d’immenses plages de sable blancs, mais qui est considérée comme le plus vulnérable du pays face à un ouragan. Les autorités locales s’attendent au pire.

"Si vous vivez à Naples, Fort Myers, Sarasota, dans la région de la baie de Tampa, cette tempête est potentiellement le pire scénario craint par les météorologistes et les services de secours", a averti dimanche le sénateur de Floride. Mais "il y a longtemps que la région de Tampa n'a pas subi d'ouragan, et les gens ne se souviennent peut-être pas de l'effet que ça fait", a poursuivi Marco Rubio.


L’élu ne fait pas dans la dentelle, et il n’est pas le seul. A ceux qui pensaient "se recroqueviller pendant l'ouragan", le maire de Tampa, Bob Buckhorn, a répondu par une citation de l'ancien boxeur Mike Tyson : "Tout le monde a un plan jusqu'à ce qu'il prennent un direct au visage, et bien on va bientôt en prendre un". Une punchline qui a le mérite d’être clair : les autorités s’attendent à vivre un cauchemar. Une appréhension que partagent les spécialistes. 

175 milliards de dégâts

Ces dernières années, plusieurs publications scientifiques ont d’ailleurs tenté d’alerter sur les risques. L’une d’entre elles, réalisée en 2015 par une société basée à Boston Karen Clark and Co, démontre que la baie de Tampa est la zone la plus vulnérable en cas de tempête aux Etats-Unis, avec des dégâts qui pourraient atteindre 175 milliards de dollars. Trois raisons majeures expliquent ce terrible constat.

Trois facteurs : l'emplacement géographique, la topographie et l'urbanisation

La première cause est géographique. Située sur la côte ouest de la péninsule de Floride, St. Petersburg borde elle-même une péninsule à l'ouest de la baie qui se jette dans le golfe du Mexique. La ville de Tampa est elle construite au fond de la baie. Or, cette langue de terre "crée un large entonnoir, notamment quand les vents d'un ouragan se rapprochent de l'entrée de la baie," expliquent les scientifiques. "Une forte tempête qui avance dans la bonne direction va entraîner une masse d'eau énorme, qui va se retrouver piégée dans la baie et inonder des zones importantes de Tampa et St. Petersburg", précise l'étude.

Et ce n'est pas le seul point noir de la zone. Le deuxième facteur est topographique. Les vagues, poussées par l'ouragan se 

déversent sur une côte au faible dénivelé et située sur un plateau continental plat. Tampa pourrait donc être frappée par une marée de tempête deux fois plus importante que Miami, située sur la côte est où le plateau est abrupt. Or, c'est souvent le phénomène le plus meurtrier pendant un ouragan. Ici, 1.5 million de personnes, la moitié de la population, vivent à moins de trois mètres au-dessus du niveau de la mer. Le Centre américain des ouragans (NHC) prévoyait ce dimanche une montée des eaux entre 1,50 m et 2,40 m. Une estimation basse selon le gouverneur de Floride Rick Scott, qui a évoqué une élévation entre 3 m et 4,60 m. "La côte ouest est très, très plate", a-t-il souligné.


Dernier facteur : l'urbanisation. La baie, et notamment St. Petersburgh, compte aujourd'hui de nombreux hôtels de luxe, magasins et habitations, tous contruits ... en bord de mer. La baie s'est même dotée d'un hôpital, construit sans prise en compte d'un risque de montée des eaux. 

Une impréparation, malgré de nombreux avertissements

Le Conseil de programmation régional de la baie de Tampa a bien tenté de s'opposer aux projets démesurés des architectes et hommes d'affaires. En 2010, elle a simulé un scénario catastrophe : un ouragan de force 5, pour démontrer les impacts sur la région. Ses conclusions sont éloquentes : l'ouragan, appelé "Phoenix", détruirait 500.000 habitations et commerces. Près de deux millions d'habitants auraient besoin de soins médicaux et l'on dénombrerait 2.000 morts. Un bilan plus meurtrier encore que l'ouragan Katrina.


Pour le maire de Tampa, même un ouragan de catégorie 3 serait dévastateur. Selon le Washington Post, il aurait déclaré l'année derrière devant la marie que face à un tel scénario, "il serait actuellement 50 mètres sous l'eau".


Beaucoup de résidents ont été pris par surprise quand Irma a changé de direction, et les délais pour évacuer sont désormais très courts. De nombreux habitants ont d'ailleurs décidé de rester.

Le dernier ouragan de catégorie 3 à avoir touché la région remonte à 1921. A l’époque, il avait laissé derrière lui des ruines, mais heureusement peu d’habitants peuplaient alors la région (10.000). On avait dénombré un seul mort.


Pendant des années, les habitants se sont crus protéger par une légende indienne : les grains de sable Siesta Key, classée plus belle plage des Etats-Unis, seraient dotés de pouvoirs magiques. Cette fois, le charme semble rompu.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ouragan Irma : les Antilles pansent leurs plaies

Plus d'articles

Sur le même sujet