La Banque Centrale Européenne a réalisé 7,8 milliards d'euros de profits grâce à la crise grecque

La Banque Centrale Européenne a réalisé 7,8 milliards d'euros de profits grâce à la crise grecque

DirectLCI
EXPLICATIONS - La situation en Grèce entre 2012 et 2016 a rapporté 7,8 milliards d'euros à l'institution monétaire de l'Union Européenne, des revenus d'intérêts générés par le programme d'aide au pays en crise qu'a mis en place la BCE.

Une lettre pleine d'enseignements. Mardi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE) Mario Draghi a répondu par courrier à une question de l'eurodéputé grec Nikolaos Chountis au sujet du programme de soutien aux pays en crise, le Securities Markets Programme (SMP). À cette occasion il a révélé que "le revenu net d'intérêts perçu" par la BCE "s'élève à 7,8 milliards d'euros sur la période 2012-2016". Serait-ce à dire que la BCE a littéralement profité de la crise grecque ?

Qu'est-ce que le "SMP" ?

Pour comprendre de quoi on parle, il s'agit de préciser ce qu'est le SMP mis en place par la Banque Centrale Européenne. Le Securities Markets Programme a été mis en place par l'institution monétaire de l'Union Européenne en 2010 pour venir en aide  aux pays en difficulté.


Ce mécanisme économique de la BCE consiste à sécuriser les Etats en difficulté en achetant des obligations souveraines sur le marché secondaire de la dette. Par ce procédé, la BCE devient le principal créancier de l'Etat en question d'une part, et elle "stérilise" d'autre part, c'est-à-dire qu'elle met en place des moyens économiques pour que cette manoeuvre n'entraîne pas d'inflation par la suite. Les 7,8 milliards d'euros mentionnés dans la lettre de Mario Draghi correspondent ainsi au revenu net d'intérêts issu des emprunts d'Etat grecs, que la BCE a racheté par le biais du SMP.

Où sont les 7,8 milliards d'euros ?

La BCE a certes tiré profit des 7,8 milliards d'euros, mais cette somme n'est pas restée dans ses caisses. Ce montant a été enregistré par l'Eurosystème, qui est en fait composé des banques centrales de la zone euro. Ces profits ont donc été redistribués a chaque banque centrale nationale en fonction de l'investissement de ces dernières dans la Banque centrale européenne.


Sur décision de l'Eurogroupe en février 2012, les pays de la zone euro ont d'abord "transmis à la Grèce, par le biais d'un compte séparé", les montants "équivalents à la part réalisée par leur banque centrale dans le portefeuille d'obligations grecques", explique Mario Draghi. Mais Athènes n'a jamais vu la couleur d'une partie des 7,8 milliards d'euros de bénéfices réalisés sur les quelque 35 milliards d'euros de titres souverains grecs achetés jusqu'en 2011.


Aussi quand l'eurodéputé grec NC demande à Mario Draghi ce qu'est devenu cet argent, ce dernier répond que c'est "une compétence nationale (comprendre de chaque Etat, ndlr) qui ne relève pas de des attributions de la BCE". Et pour en savoir plus sur cette somme ? Prière de "se référer de manière individuelle aux banques centrales nationales".

Plus d'articles

Sur le même sujet