La France demande l'extradition de Mehdi Nemmouche, ses avocats s'y opposent

La France demande l'extradition de Mehdi Nemmouche, ses avocats s'y opposent

JUSTICE - Selon un média belge, la France veut l'extradition de Mehdi Nemmouche, auteur présumé de l'attentat du Musée juif de Bruxelles. La France le suspecte d'avoir eu un rôle dans la prise d'otages de journalistes. Mais les avocats du djihadiste s'y opposent.

Depuis le 25 août dernier, la France demande à la Belgique l'extradition de l'auteur présumé de l'attentat du Musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche. C'est du moins ce qu'avance le site d'information belge Dernière heure. Sauf que ses avocats, Mes Sébastien Courtoy et Henri Laquay, lesquels y sont formellement opposés tant que Mehdi Nemmouche n'aura pas été jugé en Belgique.


La France fait cette demande dans le cadre de la procédure de mandat d'arrêt européen, dans le but de juger Mehdi Nemmouche, suspecté d'avoir été l'un des geôliers des journalistes Didier François, Edouard Elias, Nicolas Henin et Pierre Torrès, retenus en otage par Daech entre 2013 et 2014.

Notre client ne s’oppose absolument pas à son extradition en tant que telle, mais s’oppose à être remis physiquement à la France avant son procès en Belgique dans le cadre de la tuerie du Musée juif de BruxellesSébastien Courtoy, avocat de Mehdi Nemmouche

C'est désormais à la chambre du conseil de Bruxelles de trancher, le 3 novembre prochain. Mais quoi qu'elle décide, c'est in fine le procureur fédéral qui statuera sur l'extradition de Mehdi Nemmouche et notamment sur le moment où elle pourrait avoir lieu.


"Mehdi Nemmouche est prêt à dire toute la vérité parce que les victimes y ont droit et parce qu’il pense aussi que la vérité est bonne à dire pour lui, vu qu’il est impliqué mais qu’il n’est pas l’auteur de la tuerie", assurent ses avocats, ajoutant : "S’il est extradé maintenant, notre client ne pourra pas prendre connaissance des milliers de pages du dossier qui a été monté contre lui et préparer son procès. Il conservera alors, comme il l’a toujours fait jusqu’ici, le silence et il n’y aura pas de procès tout court."

"Pas un simulacre de procès"

La défense de Mehdi Nemmouche redoute qu'une extradition précipitée altère la justesse du procès. Me Courtoy est ferme : "On veut un procès correct pour les victimes mais aussi correct pour l’accusé. C’est également dans cette optique-là qu’on réclame que le procès soit tenu devant la cour d’assises avec un jury populaire qui puisse entendre les témoins, les experts, et non pas un simulacre de procès en correctionnelle expédié en trois jours, sinon on ne participera pas non plus au procès." La France est prévenue, les avocats du djihadiste ne comptent rien lâcher.

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques