La Turquie frappe des positions kurdes en Syrie

La Turquie frappe des positions kurdes en Syrie

GUERRE - La Turquie a bombardé samedi des secteurs du nord de la Syrie contrôlés par les forces kurdes. La Turquie ne veut pas voir leur influence s'étendre davantage sur le nord du pays.

L'armée turque a frappé des positions kurdes en Syrie. Conformément aux règles d'engagement, les forces armées turques ont frappé des cibles du Parti kurde de l'union démocratique (PYD) près de la ville d'Azaz, dans la province d'Alep, selon une source militaire citée par l'agence officielle Anatolie. 

L'artillerie turque a également bombardé des secteurs du nord de la province d'Alep que les Unités de protection du peuple kurde (YPG), la principale force kurde en Syrie, ont récemment repris à des rebelles islamistes, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme. 

Les partis kurdes considérés comme des organisations terroristes 

Une source au sein des YPG a indiqué à l'AFP que les bombardements avaient notamment visé l'aéroport militaire de Minnigh situé près de la frontière turque, repris le 10 février par les forces kurdes. Cette position donnait aux Kurdes une base de départ pour lancer de nouvelles offensives contre Daech.

La Turquie considère le PYD et les YPG comme des branches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé mercredi le soutien militaire des Etats-Unis à ses ennemis kurdes de Syrie. Les Turcs redoutent qu'un soutien étranger permette aux Kurdes syriens, qui occupent déjà une grande partie du nord de la Syrie, d'étendre encore leur influence et de contrôler ainsi la quasi-totalité de la zone frontalière avec la Turquie. 

EN SAVOIR +
>>
Les Etats-Unis et la Russie annoncent une trêve (fragile) en Syrie 
>>
Pourquoi la Turquie s'en prend-elle aux Kurdes ? 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques