Le fait divers du jour : elle tue son petit ami violent et s’excuse sur Facebook

Le fait divers du jour : elle tue son petit ami violent et s’excuse sur Facebook

ETATS-UNIS - Confrontée à un conjoint violent, une jeune femme l’a poignardé à mort, avant de confesser son crime… sur Facebook.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Ce sont à de surprenants aveux qu’ont eu droit les policiers de San Bernardino le 11 janvier dernier. Ce soir-là, les agents de cette ville californienne - théâtre, le 2 décembre dernier, d’une attaque terroriste - reçoivent le coup de fil affolé d’un jeune homme leur indiquant que sa petite amie vient de le poignarder. Arrivées sur place, les forces de l’ordre ne peuvent que constater le décès du dénommé Dorian Powell et partent à la recherche de la principale suspecte.

Or, celle-ci leur a servi sa culpabilité sur un plateau, puisqu’elle a confessé son crime… sur sa page Facebook . Dimanche dernier, la police n’a alors eu qu’à la cueillir chez elle, avant de l’embarquer pour l’interroger.

Post surréaliste

Dans son message - supprimé depuis - publié sur le réseau social, Nakasia James, âgée de 18 ans seulement, reconnaît clairement avoir tué son petit ami, mais plaide pour l’homicide involontaire, voire la légitime défense. En effet, les dix lignes du texte - émoticônes compris - relate une agression de la part de Dorian Powell, visiblement ivre et particulièrement violent. En toute transparence, Nakasia James explique alors qu’elle s’est saisie d’un couteau et qu’elle a poignardé son compagnon, cherchant à lui faire mal, mais sans penser le tuer.


Le dernier passage de ce message déjà surréaliste est sans doute le plus stupéfiant : implorant Dieu de la pardonner, Nakasia James demande au défunt Dorian Powell... de l’excuser pour ce geste coupable - et involontaire. Reste désormais à la justice américaine de trancher sur son sort. Mais, visiblement, les disputes au sein du couple étaient monnaie courante.  Interrogée par la presse locale , la gardienne de l’immeuble où vivait le défunt l’a confirmé, expliquant même qu’elle a retrouvé des impacts de balle sur les murs de l’appartement... 

LE FAIT DIVERS D'HIER 
>>  Le médecin violeur avait construit un bunker pour séquestrer sa victime

ENVIE D'ONDES POSITIVES 
>>  Texas : un millionnaire reloge dans ses manoirs les victimes des tornades

Et aussi

Les tags

    À suivre

    Rubriques