Le fait divers du jour : ils se moquent de leur juge sur Facebook... et retournent en prison

Le fait divers du jour : ils se moquent de leur juge sur Facebook... et retournent en prison

INGRATITUDE - Leur condamnation à deux ans de prison pour trafic de drogue avait été suspendue suite à leurs aveux. Mais un message Facebook offensant la juge Berverly Lunt a refait basculer la sentence de Daniel et Samuel Sledden.

Au final, les frères Sledden n'échapperont pas à la prison. L'histoire se déroule à Lancashire en Angleterre. Selon des informations du Dailymail, Daniel et Samuel Sledden ont été de nouveau traînés devant le tribunal après s'être moqué d'un juge qui avait décidé de passer outre leur condamnation pour trafic de drogue au vu des efforts qu'ils avaient fait pour retrouver un travail. Résultat, ils vont goûter aux joies de la prison pendant deux ans à cause... d'un message Facebook.

Daniel Sledden, 27 ans, aurait dû en effet tourner sept fois ses doigts au-dessus de son clavier avant de poster le message suivant. "Vous n'allez pas le croire, mes deux ans de prison ont été suspendus, Beverley Lunt, suce mes c*******" !" Commentaire que son frère de 22 ans, Samuel, n'a pas hésité à renchérir. Sans se douter un seul instant que leur juge allait lire leur prose... et décider de les convoquer à nouveau devant le tribunal pour réexaminer leurs peines.

Offense et irresponsabilité

La juge Beverly Lunt n'a donc pas tardé à revoir son jugement. Elle a notamment déclaré : "Si j'avais découvert leur véritable personnalité avant, aurais-je accepté leurs excuses de la même façon ?" La réponse est "non". "Ces messages indiquent que les deux frères n'ont pas du tout changé. Ils ne se sont pas remis en question suite à leur condamnation initiale et ne se sont pas responsabilisés", ajoute la juge.

Assis à la court de Preston Crown, la juge Lunt a ainsi proclamé que les messages étaient "offensants et à caractère sexuel". Et d'ajouter : "Ils ont été écrits sur Facebook dans le but de me nuire et avec l'intention qu'ils soient vus et partagés". Les Sledden avaient initialement reçu une peine d'emprisonnement de deux ans, une peine qui avait alors été annulée après avoir avoué leur faute, celle d'avoir participé à un trafic de cannabis entre mai et septembre 2014. Bilan des courses : ils iront bel et bien derrière les barreaux pour faute morale, cette fois-ci.

LE FAIT DIVERS D'HIER
>>  Leurs ébats sexuels virent au drame : elle meurt étouffée par un concombre

ENVIE D'UNE BONNE NOUVELLE ?
>>  Après avoir reçu 18 plombs, ce chiot secouru trouve un foyer

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques