Le fait divers du jour : le médecin violeur avait construit un bunker pour séquestrer sa victime

Le fait divers du jour : le médecin violeur avait construit un bunker pour séquestrer sa victime

SUEDE - Un médecin de 38 ans est jugé pour avoir drogué, violé et séquestré une femme pendant plusieurs jours. Il envisageait de la garder captive durant plusieurs années dans un bunker qu'il avait construit lui-même.

Le médecin est accusé d'avoir drogué, kidnappé et violé une femme et d'avoir voulu la séquestrer dans un bunker durant plusieurs années. Cette histoire sordide relatée dans le Daily Mail s'est déroulée en Suède, où le médecin de 38 ans est actuellement jugé.

Les faits remontent au mois de septembre 2015. Le docteur rend alors visite à jeune femme dans son appartement de Stockholm et lui offre des fraises sur lesquelles il a versé du Rohypnol, un puissant sédatif. La jeune trentenaire ne se méfie pas, le médecin ingurgitant lui aussi quelques fraises. Lesquelles ne contiennent pas de drogue. Une fois endormie, la patiente aurait été violée avant d'être transportée à l'aide d'une chaise roulante dans le véhicule du médecin. Direction Kristianstad, à 500 kilomètres de là, où il possède une maison. La police suédoise retrouvera deux masques, soupçonnant l'homme de s'être déguisé au cours de ce long trajet pour ne pas se faire repérer.

Tests vaginaux

Les enquêteurs découvriront également que le médecin avait construit en cachette un bunker insonorisé de 60 mètres carrés pouvant accueillir une ou plusieurs victimes. A l'intérieur, une chambre, une cuisine, et un petit espace extérieur à l'abri du voisinage. "Nous pensons qu'il a voulu séquestrer sa victime là durant plusieurs années", a expliqué le procureur dans un communiqué. Le calvaire de la jeune femme, qui aurait été endormie et violée à plusieurs reprises, a duré six jours. Le médecin est allé jusqu'à effectuer des tests vaginaux pour s'assurer qu'elle n'avait pas de MST et lui faire prendre la pilule afin qu'elle ne tombe pas enceinte.

Le cauchemar a pris fin lorsque le docteur a décidé de revenir au domicile de sa victime pour y récupérer des affaires personnelles. Il a alors constaté que la police avait fouillé l'appartement de fond en comble et qu'un avis de recherche avait été émis. L'homme aurait alors paniqué et a ramené sa victime au commissariat. Sous la menace d'un petit pistolet dissimulé, la jeune femme devait faire croire aux forces de l'ordre qu'elle n'avait pas disparu, qu'elle était en sécurité et qu'elle était partie de son plein gré. Les policiers ne sont pas tombés dans le panneau.

LE FAIT DIVERS D'HIER >> Il (re)prend 15 ans de prison à cause de son ie avec une arme
ENVIE D'ONDES POSITIVES ? >> Mariés, ils surprennent la grand-mère de l'époux à l'hôpital

Plus d'articles

Les tags

    À suivre

    Rubriques