Le fait divers du jour : manipulée par ses psychiatres, elle accuse ses parents de satanisme

Le fait divers du jour : manipulée par ses psychiatres, elle accuse ses parents de satanisme

GRANDE-BRETAGNE - Victime de thérapeutes manipulateurs durant 20 ans, une infirmière anglaise décédée en 2005 a accusé ses parents de s'être livrés à des rites sexuels sataniques et d'avoir tué sa soeur. Convaincue de ses dires, elle avait en réalité crée ces souvenirs de toute pièce.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Petite dernière d'une famille de quatre enfants, Carol Felstead était la préférée. L'adorable fillette à laquelle ni ses parents ni ses frères ne pouvaient rien refuser. C'est donc avec horreur qu'ils ont découvert en 2005 à Londres, après le décès de Carol, les accusations de cette dernière, rapporte dimanche le Daily News . Elle avait raconté en détail à ses thérapeutes cette soi-disant nuit où sa mère, sans pitié, avait tué son autre fille avant d'incendier la maison lors d'un rite satanique. "Mes parents se sont effondrés de chagrin, se souvient l'un des frères de Carol. C'était une double perte. Ils avaient perdu leur fille et apprenaient ensuite qu'elle avait formulé ces terribles accusations". Aujourd'hui, il est persuadé que la jeune femme a été manipulée par ses thérapeutes.

Tout commence alors qu'elle est âgée de 22 ans. La jeune infirmière souffre de violents maux de tête et est finalement dirigée vers une thérapie "psychosexuelle" pour gérer son stress, comprenant une "thérapie de la mémoire retrouvée" (TMR), aujourd'hui très controversée. Une méthode censée aider les patients en difficulté à se souvenir d'abus sexuels dont ils auraient été victimes. Seulement, cette méthode est accusée de créer de faux souvenirs, avec des émotions quant à elles très réelles. Les patients accusent alors leur famille en toute bonne foi de faits non avérés.

Le syndrome de la fausse mémoire

La famille de Carol ignore tout à l'époque de ces séances et celle-ci s'isole peu à peu, finissant par déménager et ne plus voir ses parents à partir de 1994. Ce n'est qu'en 2005, quelques semaines avant son décès qu'elle dit se sentir seule et vouloir retrouver sa famille. A sa mort - seule dans son appartement entourée de médicaments en tout genre, avant une crémation organisée par sa thérapeute sans prévenir la famille - la police transmet à ses proches des notes de Carol où elle détaille les rites sataniques dont elle aurait été victime.

"Nous pensons qu'elle a subi un lavage de cerveau de la part des différents thérapeutes qu'elle a vus", estime son frère. Elle aurait été victime du "syndrome de la mémoire fausse". Et selon lui, aucune législation n'existe concernant ces thérapies de la mémoire retrouvée. "N'importe qui peut aller en ligne, payer pour une formation à mi-temps et être accrédité pour organiser des thérapies après seulement deux semaines", dénonce son frère.

Plus d'articles

Les tags

    En ce moment

    Rubriques