Législatives en Allemagne : la passe de 4 pour Merkel, score historique pour l'extrême-droite

DirectLCI
CONTRASTE - Sans surprise, la chancelière allemande, au pouvoir depuis 2005, a été reconduite ce dimanche pour un quatrième mandat consécutif. Avec seulement 33% des voix, la victoire de la CDU-CSU est cependant limitée, voire ternie. Grâce à son score historique de 13%, l'AfD, le parti d'extrême-droite, fait en effet son entrée au Parlement.

Quelque 61,5 millions d’Allemands, répartis en 299 circonscriptions, étaient appelés aux urnes ce dimanche pour élire leurs députés, selon un mode de scrutin mêlant principes majoritaire et proportionnel. 


Sans surprise, Angela Merkel, au pouvoir depuis 2005 et donnée largement favorite dans les sondages, a été reconduite à la chancellerie pour un quatrième mandat consécutif. Son parti, la CDU-CSU, obtiendrait entre 32,5 à 33,5% des voix, selon les estimations des chaînes publiques. Il s'agit de son score le plus bas en quatre scrutins -en  2009, elle avait décroché 33,8% des suffrages. Pour rappel, il y a quatre ans, l'Union chrétienne-démocrate et son alliée bavaroise avaient obtenu 41,5 %.  "Je me réjouis. Mais ne tournons pas autour du pot, nous espérions un meilleur résultat", a-t-elle d'ailleurs admis.  La CDU-CSU devance néanmoins nettement Martin Schulz et les sociaux-démocrates du SPD (20-21%). Ceux-ci enregistrent leur plus mauvais score depuis 1945. 

En vidéo

Legislatives en Allemagnes : "Nous aurions souhaité un meilleur résultat"

Éventuelle coalition à trois pour contrer l'entrée de l'extrême-droite

Mais ce succès est surtout assombri pour la chancelière par le résultat de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), parti anti-immigration, qui ressort troisième avec environ 13% et provoque un choc pour le pays. L'AfD fait donc une entrée en force à la chambre des députés, où elle devient la troisième force parlementaire, une première depuis 1945 pour un parti qui tient des discours anti-immigrants, anti-islam, anti-euro et révisionnistes. Alors qu'elle avait échoué aux portes du Bundestag en 2013, l'AfD devance désormais la gauche radicale Die Linke (9%), les libéraux du FDP projetés à 10,5% et les écologistes des Grünen (9,5%).  


Sans majorité absolue au Bundestag, il revient donc à Angela Merkel de chercher une nouvelle fois un ou plusieurs partenaires pour former le prochain gouvernement. Ce ne sera pas le SPD puisque ce dernier a immédiatement indiqué qu'il serait cette fois dans l'opposition. Les résultats pourraient en revanche permettre de constituer une coalition à trois avec le FDP et les écologistes. "Nous sommes face à un nouveau grand défi, l'entrée de l'AFD au Bundestag", a souligné la chancelière, promettant de "reconquérir ces électeurs et électrices".

Plus d'articles

Sur le même sujet