L'erreur qui a retardé la capture de Salah Abdeslam

L'erreur qui a retardé la capture de Salah Abdeslam

ERREUR – C'est un manquement malencontreux qu'a révélé la presse belge. Un policier du commissariat de Malines avait, depuis décembre, l’adresse de la cachette de Salah Abdeslam. Il ne l’a jamais communiquée, jugeant que les éléments qu'il avait en main n'étaient pas suffisants.

C’est une information qui aurait pu changer beaucoup de choses. Un policier du commissariat de Malines (Belgique), a eu connaissance de l’adresse de la cachette de Salah Abdeslam dans un rapport du mois de décembre, révèle Het Nieuwsblad. Mais pour lui, l’information n’était pas fiable, et il a donc décidé de ne pas la transmettre à ses supérieurs.

A l’origine, un document fait état de la radicalisation d’un individu, Abid Aberkan, au 79 rue des Quatre-vents, là même où Salah Abdeslam a été arrêté, vendredi 18 mars. Ce rapport évoque également une Citroën grise, répertoriée dans l’enquête sur les attentats de Paris, ainsi que les liens entre Abid Aberkan et les frères Abdeslam.

Une enquête interne ouverte

Mais l’information n’a pas été envoyée aux services antiterroristes. Le document parle "d'un tiers radicalisé qui aurait pu être en contact avec les frères Abdeslam, mais il n'est pas question de la cachette", défend Yves Bogaerts, le chef de la police de Malines.

"Un collègue a fait une erreur, mais il n'y avait aucune malice de sa part. Il a une excellente réputation et il est conscient de son erreur", a-t-il ajouté. Une enquête interne a été ouverte.

EN SAVOIR + >> Les images de l'arrestation de Salah Abdeslam

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques