Les policiers croient que l'urne funéraire cache de la drogue : il passe cinq jours en prison

Les policiers croient que l'urne funéraire cache de la drogue : il passe cinq jours en prison

DERNIÈRE DEMEURE – Un Britannique qui voulait disperser les cendres de son défunt ami au Canada n'a toujours pas pu le faire. L'urne a été confisquée et les cendres ont été analysées car les policiers pensaient qu'il s'agissait de kétamine.

Il voulait rendre un dernier hommage à son proche décédé. Il a fini en prison. Un Britannique qui transportait les cendres de son ami pour les disperser au Canada a été arrêté avant même d'avoir pu accomplir les dernières volontés du défunt. Les douaniers l'ont arrêté, puis jeté en prison : ils ont cru avoir décelé de la drogue dans l'urne funéraire.

Russell Laight, âgé de 41 ans, se rendait en Nouvelle Ecosse pour exaucer le voeu de Simon Darby, décédé d'un cancer en décembre dernier, a rapporté samedi la chaîne nord-américaine CBC . L'homme, qui aimait cette région de la côte atlantique canadienne, voulait que cette terre de nature soit sa dernière demeure. Mais Russell Laight, pourtant pétri de bonne volonté, a commis une erreur : il n'a pas effectué les démarches nécessaires permettant de faire entrer l'urne funéraire et son contenu dans le pays.

"Traité comme un chien"

A son arrivée à l'aéroport de Saint-Jean de Terre-Neuve, l'urne est confisquée par les autorités afin de vérifier qu'elle ne transporte aucun produit illicite. Des tests décèlent des traces de kétamine, un anesthésique puissant utilisé en médecine humaine et vétérinaire. Russell Laight est alors placé en prison. Il y passera cinq jours et cinq nuits.

Russell Laight estime avoir été traité "comme un criminel". "J'ai été vraiment très très mécontent", a-t-il confié à CBC, ajoutant qu'il n'avait pas eu le droit de prendre son traitement médical durant sa période de détention. "Honnêtement, ça a été un vrai choc. Etre traité comme un chien, enfermé, privé de sa liberté et de ses droits."

L'urne ne lui a toujours pas été remise

De nouveaux tests ont finalement permis d'écarter la présence de cette drogue dans l'urne funéraire. Russell Laight est libéré le 7 mars. Mais l'urne ne lui a toujours pas été remise et il n'a aucune idée de l'endroit où se trouvent les cendres. "J'aimerais vraiment pouvoir les récupérer le plus vite possible afin que je puisse faire ce que mon ami Simon souhaitait."

S'il reste inquiet de ne pouvoir mener à bien la mission qui lui a été confiée, le Britannique reste positif. Il imagine que sa mésaventure aurait fait sourire son ami. "Je le vois me dire en riant : tu as fait une bêtise, assume les conséquences."

À LIRE AUSSI
>>
Cinq questions insolites qu'on peut se poser sur sa dernière demeure
>>
Funérailles, inhumation… le retour à la tradition, surtout chez les jeunes

Et aussi

Les tags

    À suivre

    Rubriques