L'incroyable périple raté de Bob et Steve, ces "capitaines Calamité" secourus neuf fois en mer

L'incroyable périple raté de Bob et Steve, ces "capitaines Calamité" secourus neuf fois en mer

MARINS D'EAU DOUCE - Deux septuagénaires américains défraient la chronique à bord de leur bateau, le Nora. Partis de Norvège en juillet dernier, théoriquement en route pour les Etats-Unis, ils ont déjà été secourus à neuf reprises. Et leur périple catastrophe n'a pas encore dépassé les Cornouailles.

La presse britannique les a rebaptisés les "capitaines Calamité". Il faut dire que depuis leur grand départ, en juillet dernier, de Norvège, Bob Weise et Steve Shapiro ont enchaîné une succession de catastrophes hors du commun. Les deux Américains de 71 ans, bien décidés à mener leur bateau dans le Maine, en Amérique du Nord, ont déjà été secourus à neuf reprises, dont deux dans des conditions critiques, par des sauveteurs de Norvège, du Danemark, d'Ecosse, d'Irlande et d'Angleterre. Et pour l'heure, leur bateau, ou ce qu'il en reste, mouille à proximité des Cornouailles. 

"Ils ne savent pas ce qu'ils font", a tranché Grant Lorris, un secouriste local interrogé mercredi dernier par The Telegraph , le quotidien britannique qui a raconté leurs mésaventures. Depuis près de sept mois, les retraités ont connu à peu près toutes les mésaventures possibles, devenant un sujet de prédilection sur les réseaux sociaux… et d'angoisse pour les sauveteurs. Leur croisière devait durer initialement un an.

À LIRE AUSSI
>> Une femme de 86 ans vit exclusivement sur un paquebot

Steve et Bob ont commencé, peu de temps après leur départ, par perdre une bouée dans un port norvégien. Leur embarcation a commencé à faire des ronds dans le port durant une heure, pour tenter de récupérer la bouée, faisant croire aux observateurs que les deux hommes étaient ivres.

"On dirait que vous avez des problèmes"

Quelques semaines plus tard, en mer du Nord, les deux navigateurs ont dû appeler les secours parce qu'ils se trouvaient dans une situation difficile au milieu de creux de 4 mètres. Plus tard, aux abords d'une plateforme pétrolière danoise, les plaisanciers ont subi une panne de moteur, les obligeant à nouveau à accepter de l'aide. "Les secours nous ont dit : 'on dirait que vous avez des problèmes'", raconte Steve Shapiro , un scénariste originaire de Californie. "Nous avons répondu : 'pas vraiment, mais nous pourrions avoir besoin d'une batterie'. Alors ils nous ont donné une batterie et de l'eau." Ajoutant : "Dire que nous sommes incompétents serait exagéré".

Parvenu au large de l'Ecosse, le Nora a fini par s'échouer sur les côtés d'Aberdeen, forçant les deux Américains à appeler, cette fois, les secours écossais pour un remorquage. Des tempêtes les ont ensuite cloués pour sept semaines dans un port irlandais. Reprenant enfin leur périple, ils ont connu une nouvelle série de défaillances au niveau des moteurs, au point de "dériver dangereusement" au large de St Ives (Cournouailles), où un marin les a gentiment tractés.
 

Les deux amis ont fini par atteindre les Cornouailles, mais à quel prix. Alors que leur bateau était à quai, une bougie manifestement mal éteinte a provoqué un incendie à bord alors qu'ils étaient en train de faire les courses dans une supérette. Les quantités d'eau déversées pour éteindre le sinistre ont endommagé le Nora. Malgré tout, rien ne semble entamer l'optimisme forcené des comparses. "Nous nous amusons beaucoup", assure Bob Weise, ancien pilote d'hélicoptère de l'armée américaine pour qui "il y a des endroits pires que la mer pour mourir". "Partout où nous allons, les gens sont très accueillants." 

"Nous ne pouvons pas repartir tant que cela n'est pas réparé, et tant que les vents ne seront pas favorables", a reconnu la semaine dernière Steve Shapiro. Avant de s'enthousiasmer : "Ce bateau est très résilient. Il fonctionne bien et peu avancer à vive allure." De quoi laisser espérer un nouveau départ "pour la semaine prochaine". En espérant que cette fois, les vents leur seront réellement favorables. Les sauveteurs, eux, risquent de trembler encore.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques